Blog

Reprendre la page d’accueil de ce site presque quatre années après l’avoir commencé. Presque 2000 textes écrits au quotidien. Comprendre qu’une intention de départ n’est qu’une impulsion. Un élément déclencheur. Que la peinture comme l’écriture ne cessent d’agir sur qui nous sommes, ou pensons être. Que peinture et écriture nous modifient. Non pas une image projetée vers un avenir. Mais plutôt à la façon qu’entreprend le sculpteur, en ôtant peu à peu de la matière pour enfin distinguer la forme. Une question importante qui revient régulièrement lorsque je peins, j’écris, c’est est-ce que le tableau ou le texte n’existe pas déjà en amont. Que ces objets, buts, intentions sont là depuis toujours, et que seules la patience et la régularité dans le travail permettent peu à peu de les distinguer. Le titre de ce blog est au début une sorte de gageure. Peinture chamanique ou peintures chamaniques. J’avais cette image du vent qui passe au travers des roseaux et parfois produit de la musique. Souvenir de mon enfance passée dans le Bourbonnais, et plus précisément au bord du Cher, ou bien au cœur de la forêt de Tronçais, l’étang de Saint-Bonnet. Peut-on écrire tant de textes à partir de cette simple image, de l’ impression de n’être qu’un tuyau au travers duquel passe la peinture, les mots. Peut-être. Le recul en tous les cas est important. Dans tous les domaines. S’agit-il d’un journal, d’une autobiographie, ou bien n’est-ce toujours que fiction, que rêve. A chacun de se faire sa propre idée.


Tous mes contenus :

linktr.ee/patrick.blanchon

Se procurer « Propos sur la peinture » livre broché 194 pages

Livre « Propos sur la peinture » Patrick Blanchon

de l’appétit de rien

vivre avec cet appétit est peu commode car parasité sans arrêt par tout un tout en bloc difficile de discerner de quel vide celui-ci est constitué il n’est qu’apparence de quelque chose masquant le vide et c’est à peu près […]

Carnet 29

« Jouons, jouons. Le carnet se plie à toutes nos transmutations, conversions, altérations, transfigurations, mutations ou évolutions. Il les accompagne, ou y résiste. Se rebiffe, ou les consigne et en dresse soigneusement l’inventaire. Un cycle qui soit 40 fois ces mutations […]

peindre grand écrire court

hier vu un documentaire à propos de l’artiste Julian Schnabel. réflexion à propos de la taille gigantesque de ses tableaux. ça en met plein la vue. déjà relevé cela en photographie lorsque l’on passe d’un format carte postale à une […]

lire à haute voix

divers essais de lecture à haute voix ces derniers jours me laissent sur le flanc quand je mesure à nouveau la quantité de travail à fournir afin que le résultat ne soit pas d’un ridicule achevé. Mais je peux me […]

carnet 28

« Pensée qui s’obstine, reste à l’arrière-fond. On ressasse, on rumine, on rabâche. On est dans un échec : rien de brillant, rien qui éclate, rien qu’on puisse noter pour définitivement s’en débarrasser. Mais si c’était justement ça qu’on ouvrait. Un […]

carnet 27

suivre son double sans le doubler. ( toute une journée si possible) donc il faudra revenir pour suivre le développement. Comme d’ailleurs dans toute cette série carnet, j’ajoute après publication je mets à jour. la publication ne valant guère qu’un […]

Le double

Celui-là me ressemble. Mais, en mille fois mieux. Et, je ne peux que me résoudre à me tenir là derrière lui et le suivre, à l’observer. Nos langages eux-mêmes sont si différents. Chaque mot, chacune de ses pensées provient d’une […]

Entre net et flou

Bien sûr on voit des choses, dans tout ce bordel comment ne pas en voir. Mais pas ces choses là qui intéressent. Les autres derrière attirent plus. Ce qui peut bien se dissimuler derrière l’évidence première, l’intérêt permanent que l’on […]

Frontières et paliers

Brutal, violent désir. On le sent si physiquement monter en soi. Qu’il veut s’accaparer quelque chose dans l’air ambiant pour s’affirmer plus encore. Gloutonnerie du désir, signe de l’insatiable. Invente sans cesse une urgence pour tenter de parvenir à s’apaiser, […]

fardeau

porter en soi le désordre du monde est-ce un choix. Et quel choix de se tenir en ordre afin de n’en rien montrer, exhiber. Politesse et respect sans cesse invoqués. Ou bien la raison en serait-elle plus trouble. La honte, […]

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.