IMG_20180903_121043

Tu as tenu 4 rounds et tu t’en es pris un bon paquet dans le buffet. La petite cloche vient de sonner et tu retournes dans ton coin la bave au coin des lèvres, pas beaucoup de temps pour reprendre des forces et te reforger une stratégie.

L’autre en face te parait moins amoché que toi, c’est pas toi qui a l’avantage sur ce coup là …

Qu’est ce qui se passe dans ta tête maintenant ? ? c’est là que tout se joue ne l’oublie pas !

42 toiles en 3 mois , 6 expos en parallèle, tu as de la peinture plein.. les doigts.
Assis toi un coup et réfléchis.

A quel round t’en es ? combien tu peux encore tenir ? et en face il n’y a pas d’adversaire ce coup là , juste l’adversité.

Septembre arrive avec sa cohorte de créances à payer.La reprise des cours, les kilomètres à avaler, le contrôle technique à faire, serrer les dents, les fesses, les poings pour que tout passe.Faudra que tu regardes la définition de subir et de supporter dans le dico.

Mais à quel round t’es es ?
Pour tenir tu as utilisé l’espoir, le rêve,la rage,le désir,et bon sang même l’amour y est passé.
Tu ne te prends pas pour un champion pourtant, tu voudrais juste boxer ou peindre dans la bonne catégorie.
Ton moteur c’est quoi , pourquoi tu ne laisses pas tomber finalement?
Tu as vendu 10 tableaux et tu n’es pas content qu’est ce qu’il te faut encore ?
Devenir imprévisible surprendre l’adversaire. Etre comme ‘océan, ciel et vent…
Tais toi ! tu es bien plus grand que tes pensées et tes mots. Boxe, peins, mais “tais toi je t’en prie” comme dirait Raymond Carver

Publicités

prof d'arts plastiques, fabriquant de tableaux. @patrickblanchon38550 http://patrickblanchon.com

%d blogueurs aiment cette page :