Ce n’est pas ici et  ce n’est pas tout à fait là bas non plus, c’est une sensation étrange de se retrouver nulle part et pourtant la conscience reste active et s’interroge sur son pourquoi.

Une conscience qui dans la fréquence de l’ici et du là ne remarque que les fausses notes et la disharmonie. Qui ne participe plus à la mélodie, terrassée éreinté, soupir prolongé, silence au milieu de la  cacophonie.

C’est un mauvais gris mal exprimé par les couleurs vives environnantes, flamboyantes qui  lui dament le pion, le maltraite et l’écrabouille lui refusant toute autre utilité  et encore que celle de la dissonance.

Le voici entre le rouge et le jaune le noir et le blanc l’orange et l’indigo bâillonné et oppressé à l’heure de pointe des symphonies grandiloquentes.

Un gris coloré pourtant : le père est le grand bleu et  la mère orange

Que c’est t’il passé dans l’entre deux pour que leur rejeton leurs ressemble si peu ?

Le  grand bleu lui a laissé une trace sombre dans l’œil et le oh range ! de maman produit sur ses nerfs un phénomène étrange

Un jour tout est parti à val l’eau ou à vau l’eau comme on dit, vers la flamme orange d’un grand feu grégeois. Impossible à éteindre : ni  eau ni feu ou mi eau mi feu ..

Dans les épousailles des deux un nouveau type de flamme est né.. 

c’est un incendie de cendres grises un « entre deux » qui attend un maillet, une pioche, un couteau,  et du recul

pour l’ouvrir jusqu’à la béance  lumineuse de l’âme or.

Publicités

prof d'arts plastiques, fabriquant de tableaux. @patrickblanchon38550 http://patrickblanchon.com

%d blogueurs aiment cette page :