admirer

J’aime parfois m’arrêter sur un mot de notre langue si précise et si belle pour penser. Aujourd’hui le mot admirer à mis son clignotant et se gare pas loin de chez moi , j’en profite.

Superbe carrosserie, un peu désuète, car désormais on « kiffe » plus qu’on n’admire. Alors admirer va t’il disparaître emporté par le corbillard d’une soi disant « modernité » ?

L’extinction d’un mot c’est toujours un peu triste mais en même temps cette fin correspond aussi à de nouveaux usages, à de nouvelles mentalités.comme dirait Bob : « the times are changing » sacré Bob…

Je ne me souviens pas d’une seule femme qui m’ai dit : » comme je t’admire » autrement que sur un ton  coquin ou ironique. Par contre je sais que bien des amis le pensent  mais ne le diront jamais et c’est tant mieux car c’est très gênant de se sentir admiré.. c’est comme si on s’était trompé d’eau de toilette ça laisse une trace olfactive plutôt désagréable. Enfin je parle pour moi évidemment, vous je ne sais pas.

Si je prend un dictionnaire quelconque pour revenir à l’origine de ce mot j’entends parler de considération bien souvent, celle ci s’effectuant avec enthousiasme voire de l’émerveillement et participerait plus du domaine de l’émotion que du ciboulot. On « éprouve » de l’admiration dans un premier temps comme on éprouve de la considération, de l’enthousiasme et de l’émerveillement. c’est éprouvé par A+B., mais c’est un couple exceptionnel.

Alors que dire de ce sentiment qui revient sans cesse lorsque laissant aller ma playlist YouTube en boucle je retombe sans cesse sur ces jeunes gens de moins de 30 ans qui armés d’un pragmatisme à tout épreuve et d’une créativité redoutable cherchent à me vendre des formations de tout acabit que j’achèterais certainement si je n’étais pas aussi certain d’être dubitatif.

Dubitatif quant au fait que cela puisse m’apporter quelque chose bien sur.

Et pourtant je vous l’avoue je suis très souvent tenté tellement c’est bien amené chez certain.Je ne citerai pas de nom mais je suis sur qu’ils se reconnaîtront.

Il y a là un art de la vente, de la persuasion qui pour être inné ne manque pas d’avoir été énormément travaillé en long en large et sur les côtés.

Eux savent la valeur du mot « admirer » ils en ont fait leur carburant, leur schnouf leur coco. Ils ont puiser chez leurs aînés des stratagèmes et des stratégies qu’on ne trouve guère dans les écoles de commerce fussent t’elles « hautes » et  reconnues. L’art de la persuasion et de la vente ne s’apprend pas à l’école et les jeunes loup du marketing digital dont je parle le savent très bien. Ceux qu’ils admirent leur ont enseigné que c’est l’échec qui forme le plus à l’art de vendre. Que  c’est l’organisation du temps au quotidien qui fait fructifier le contenu comme un capital qu’on engrange pour l’avenir.

De plus certains parmi eux flirtent avec le génie lorsque ayant compris précocement les faiblesses humaines ils réduisent le cercle de leur clients afin d’en extraire la substantifique moelle : la durée, la fidélité.

A les écouter en boucle on jurerait des amis et les amis véritables, de tout temps ne peuvent se compter à la rigueur que sur les doigts d’une seule main.

Ah  la rigueur, c’est ce dont ils ne manquent pas , et de toupet non plus.

Une nouvelle manière de vendre c’est de devenir ami avec son client. Lui offrir du contenu, et ça le con tenu, surtout bien propre, ça n’a pas de prix.

On se rappellera peut-être que l’enthousiasme, chez les anciens était considéré comme un délire sacré, inspiré parle divin  ou je ne sais quoi d’autre d’extraordinaire… alors tout bien considéré, ne laissons rien en chemin, ne lâchons rien comme il est dit dans « top chef » je ne peux m’empêcher d’éprouver de l’enthousiasme et donc forcément de l’admiration alors que je ne » kiffe » que du bout des lèvres.

Car le contenu je veux bien, j’en produis moi même en ce moment beaucoup, sans doute même trop. Et si le contenu peut en cacher un autre tant pis pour vous, je vous aurais averti.

Pour conclure il est donc possible d’admirer sans aimer et d’aimer sans admirer c’est sûr, certain, évident, d’ailleurs le véritable amour ça ne nous regarde pas, nous comme dirait Céline des caniches et des étoiles, « on kiffe ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.