Appuyé contre la vitre

Crédit Photo Dominique Kret

Petit train, voyageur bien confortablement installé regarde par la vitre la projection d’un paysage crée de toutes pièces par tous les paysages déjà vus, résidus de projections eux-mêmes-déjà vus-prémâchés-régurgités.

Fermer les paupières aiguise l’ouïe. Joue chaude contre la vitre glacée. Un parfum de chien mouillé dans les narines.

Petit voyageur dans le grand train de l’instant.

Plongée dans le moire.

Caresse des joncs pendant l’apnée visuelle.

Ondes et vibrations agitent et bercent. le vent des profondeurs exhale son haleine bise qui se brise sur le front têtu, se brise, le brise l’embrasse, le brasse l’érode, le poli, bonjour le bel œuf de dindon farci.

Doliprane ta gueule paracétamol merde !

Attendre que les pensées se fanent comme de vieilles biques télévisées d’idiotie.

Attendre que les poumons se vident et se remplissent à nouveau

Attendre que le serpent s’éveille et bouge dans le slip.

Attendre au creux des reins la marée montante

Attendre et puis se lever soudain danser

Attendre à se faire mal d’attendre

Alors trembler de rage de trouille d’envie de chier de pisser,d’un café d’une clope d’une fille d’une cote d’une entrecote d’un bain de boue de rien

De rien enfin

bouger

sauter.

Soudain non quand même pas aimer

comme d’autres n’ont pas aimer

ne pas prendre la file, se défiler

héritage de naufrages

Tout ce bordel de nichons et de culs jamais vraiment touchés,

Toujours tripotés, tripatouillés, agrippés comme des bouées ,

poupées gonflantes de l’idée fixe.

tout ce qu’il faut dégonfler encore après s’être dégonflé

Alors non quand même pas aimer

Sauter par dessus l’amour à la con

Baiser la vitre la lécher laper son froid dur

La faire fondre à coup de buées, la rendre molle, continuer elle va s’ouvrir et happer

Enfin passer, traverser, aller encore plus loin au fond tout au fond de la gorge du non dit, du nom de Dieu !

Un vide sans fond long et long et encore plus

une chute ou un envol à l’envers du décor

un salto à l’endroit où l’envers se redresse fier comme un pieu

en creux tout le désir qui luit dans la terre meuble labourée

sans haie, démembrement oblige

alors seulement

madame la contrôleuse arrive

Monsieur, votre titre de transport s’il vous plait ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.