Avoir une idée en peinture

Bloc matière-ligne-couleur Patrick Blanchon 2018

Qu’est ce qui différencie un peintre du dimanche d’un artiste véritable ? il ne sera pas ici question de talent, certains peintres amateurs possèdent une habileté et un sens de l’harmonie qui peuvent égaler voir dépasser ceux des grands peintres.

A force de travail, tout le monde peut produire de beaux tableaux. Le talent c’est autre chose cela relève plus du domaine de l’idée. Et c’est plutôt cette piste que je souhaiterais creuser aujourd’hui.

Qu’est ce que ça veut dire avoir une idée en peinture ? Qu’est ce que ça veut dire avoir une idée en littérature, en cinéma ? Il y a un point commun à tout cela. C’est qu’avoir une idée n’arrive pas tous les jours. Avoir une idée est une fête ! je reprends ainsi les propos de Gilles Deleuze lorsqu’il s’exprime sur l’acte de création notamment dans le cinéma.

Qu’est ce qui peut inspirer un peintre pour soudain se sentir investit d’une idée ? Deleuze parle du cinéaste Kurosawa qui se trouve un lien de parentalité étroit avec l’oeuvre de Dostoïevski. Les deux artistes sont préoccupés par les mêmes obsessions notamment celle de l’agitation.

Un homme dans un roman apprend la mort proche de sa cousine et décide de se rendre à son chevet, mais en chemin il se pose la question s’il n’y a pas quelque chose de plus urgent qu’il aurait oublié. On le voit alors dévier plusieurs fois de sa trajectoire première et ne jamais parvenir à conserver son objectif premier qui est de se rendre au chevet d’une mourante. C’est le thème de l’Idiot qui ne cesse de se poser la question de savoir s’il n’y a rien de plus urgent que la mort ?

Les personnages de Kurosawa et sans doute le cinéaste lui même sont animés par le même questionnement ce qui provoque à la fois une sensation tragique et burlesque.

En tant que peintre je comprends parfaitement ce mouvement de s’imposer un but et de trouver de nombreux moyens de ne jamais y parvenir car je suis comme l’Idiot de Dostoïevski.. Est ce que je n’aurais pas oublié de me poser une question plus essentielle, plus importante que celle d’achever mon tableau sans me poser de question.

Cela a l’air idiot bien sur en apparence. Mais j’ai la sensation que cette préoccupation ne touche pas que les artistes, elle nous préoccupe tous, chacun de nous à plus ou moins haut niveau.

Nous avons une idée qui conduira nos pas au cours de la journée , de la semaine, du mois, de notre vie toute entière. Et puis nous ne cessons de chercher à lui échapper par tous les stratagèmes possibles.

Alors il faut revenir à cette idée d’idée. Comment savoir si cette idée est bien la notre déjà ? si ce n’est pas une copie d’une autre déjà achevée dans le temps ? Quand est ce qu’on sait qu’une idée est véritable ?

Il me semble alors évident qu’une idée véritable répond à un besoin tout d’abord. Si on n’a pas besoin de s’exprimer sur quelque chose à quoi bon le faire ? et tout alors se jouera dans cet à quoi bon.

En revanche si l’on a pris le temps d’être l’artisan de son concept, car un concept se fabrique il ne se trouve pas dans un lieu imaginaire prêt à être attrapé par un artiste au gré des hasards , alors ce concept issu du besoin impérieux ne saurait plus dévier l’artiste de sa route.

Il y a quelques années un livre écrit pas la petite fille de Picasso relatait la tristesse et l’amertume qu’elle ressentait lorsqu’elle se présentait devant la grille du Maître et que le major d’homme lui refusait l’entrée ayant reçu des ordres stricts de ne laisser personne déranger l’artiste.

Evidemment à la lecture on pourrait être tenté de compatir avec la jeune fille alors et de considérer Picasso comme le dernier des salauds. Beaucoup de personnes pensent cela désormais. En même temps que tout le monde s’interroge sur le comment il a pu réaliser autant d’œuvres dans sa vie et devenir aussi célèbre…?

La raison en est toute simple en fait Picasso a fabriquer des concepts, et n’a rien laissé le distraire de son besoin de s’exprimer à l’aide de ses concepts.

Publicités

Publié par Patrick Blanchon

prof d'arts plastiques, fabriquant de tableaux. @patrickblanchon38550 http://patrickblanchon.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :