Il y avait un homme

Une rencontre détail Patrick Blanchon huile sur toile 2016

Il y avait un homme dans cette ville qui ne prenait jamais les transports en commun. Il préférait marcher quoique cela lui coûte en temps et en fatigue, car marcher s’était-il aperçu, donnait un rythme à ses pensées, et il aimait sentir celles ci danser en accord avec ses pas.

Un soir qu’il revenait de son travail, il était employé de bureau à l’autre bout de la ville et il lui fallait deux bonnes heures pour regagner son logis, un soir donc, il aperçut une femme à quelques mètres devant lui et il ne pouvait voir son visage justement pour cette raison.

La silhouette était gracieuse, la démarche féline et souple, il ne s’attacha pas vraiment aux détails de ses vêtements, il remarqua juste que le port de tête était fier et que l’allure était rapide et soutenue.

L’idée d’accélérer le pas afin de la dépasser puis de se retourner discrètement pour apercevoir enfin le visage de la femme lui vint. Mais, comme il l’avait déjà fait de nombreuses fois avec d’autres passantes et que cela s’achevait presque toujours en déception il hésita, puis au bout de quelques pas encore finit par renoncer. Ce soir là il avait relevé depuis un bon kilomètre qu’il n’avait pas le cœur à jouer.

Ils marchèrent ainsi l’un derrière l’autre pendant une demi heure, peut-être même un peu plus. Ce qui était étonnant c’est qu’ils puissent se suivre le long d’un même itinéraire aussi longtemps. D’ordinaire l’homme l’avait constaté ce genre d’anecdote ne durait que quelques minutes et s’achevait régulièrement par une perpendiculaire, une bifurcation de l’une ou l’un et il n’y pensait pas plus que ça.

C était une sorte de distraction pour oublier que le chemin était encore long, qu’on avait la fatigue de la journée à porter d’une jambe l’autre , et aussi parfois ça pouvait faire oublier le mal aux pieds.

Ils étaient presque arrivés devant l’immeuble où habitait l’homme et il se préparait à pénétrer dans celui-ci en se demandant s’il allait plutôt choisir une soupe ou un morceau de fromage comme dîner, et ce qu’il pouvait y avoir ce soir à la télévision ce soir, lorsque il vit soudain la silhouette de la femme s’engouffrer sous le porche, son porche à lui.

Étrangement, il ralenti le pas presque jusqu’à s’arrêter. l’oreille aux aguets il entendit le bruit prolongé de la porte d’entrée de l’immeuble qui s’ouvrait . Les pas qui martelaient le carrelage en s’amenuisant le long du corridor menant à l’ascenseur, celui ci devait se trouver au rez de chaussée car il entendit le bruit étouffé de la porte qui se refermait. Alors seulement il décida de pénétrer lui aussi dans l’immeuble.

Quelque chose avait modifié l’atmosphère habituelle du hall d’entrée, l’homme mit quelques secondes avant de s’apercevoir qu’un parfum fruité et léger flottait dans l’air. puis il tendit l’oreille pour apprendre à quel étage l’inconnue allait s’arrêter. Il n’en était pas sur, mais tout à coup ce fut une certitude, elle s’était arrêtée à l’étage où l’homme habitait.

Renonçant à emprunter l’ascenseur, il aurait fallu le rappeler, entendre tout le mécanisme se remettre en branle et patienter jusqu’à son arrivée, il décida de monter par l’escalier. Tendant toujours l’oreille il n’entendit pas d’appel de sonnette, pas de coups frappés à une porte, en fait plus il se rapprochait de chez lui plus il sentait qu’il y avait bien une étrangeté, en fait le silence était cette étrangeté.

De temps à autre il s’appuyait sur la rambarde et levait la tète vers le haut pour tenter d’apercevoir quelque chose, mais il n’aperçut rien. Il était presque arrivé lorsque il ressentit une gène dans la poitrine et son bras gauche lui faisait mal. Il continua à avancer néanmoins et enfin il était au bord d’arriver chez lui quand il la vit.

Elle se tenait de dos devant Sa porte, silencieuse et immobile. Il toussa. Alors elle se retourna lentement mais il n’eut pas le temps de voir son visage. Il venait de s’engager soudain dans une perpendiculaire inédite. Il s’effondra comme un vieux manteau sur le plancher et sa dernière pensée ne nous est pas connue.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.