Garder en soi le silence

Comme une flamme fragile que la parole fait trembler et vaciller presque jusqu’à l’éteindre, et parler jusqu’à plus soif comme si l’ on ne se souvenait pas que la parole est la cire qui nourrit la mèche du silence.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :