Comme une flamme fragile que la parole fait trembler et vaciller presque jusqu’à l’éteindre, et parler jusqu’à plus soif comme si l’ on ne se souvenait pas que la parole est la cire qui nourrit la mèche du silence.

prof d'arts plastiques, fabriquant de tableaux. @patrickblanchon38550 http://patrickblanchon.com

%d blogueurs aiment cette page :