Miniature persane

Miniature persane huile sur papier photo 13×18 cm Patrick Blanchon 2019

Avicenne, Ibn sina en persan est né en 980 dans la province du grand Khorassan, l’actuel Ouzbékistan. A l’age de 10 ans il maîtrise le Coran, l’arithmétique, la géométrie d’Euclide . A 14 ans un ami lui apporte les traductions des oeuvres d’Hippocrate qu’il dira lire d’une traite presque sans dormir tant elles le passionnent .

A 16 ans il est reçu médecin, à 17 on le retrouve prof de médecine…

C’est ainsi qu’à 18 ans il maîtrisera tout le savoir connu de son époque. Une chose inimaginable de nos jours.

L’histoire de sa vie, qu’il écrivit lui-même relate la façon dont il pu s’introduire dans la fameuse bibliothéque royale des Samanides en remerciement de la guérison du prince Nuh Ibn Mansur qui souffrait de violentes coliques. Apres un rapide diagnostique Avicenne déconseillera au prince de continuer à utiliser la vaisselle décorée avec des peintures au plomb.

Il lui faudra une année et demi pour intégrer les principaux ouvrages de la dite bibliothèque . A part la métaphysique d’Aristote sur laquelle il bute un moment mais qu’il finit par assimiler grâce aux commentaires de Al Farabi.

C’est peu après l’incendie de cette bibliothèque dont il sera accusé à tort qu’il s’enfuira de Boukhara.

Le prince du Khârezm aimait les sciences et s’entourait de nombreux savants. Avicenne y demeura 9 ans, c’est là qu’il commence à rédiger ses premiers livres, à l’âge de 21 ans

En 1014 il est appelé à Hamadan auprés de l’émir Bouyir Chams Ad-Dawla et le guérit de douleurs étranges et inconnues. Il sera alors nommé vizir, premier ministre. Il s’occupera de la chose publique le jour et de ses travaux personnels la nuit. C’est à Hamadan qu’il mettra fin à son « Canon » médical une compilation immense et d’une très grande richesse.

Mais à la mort de ce prince, son remplaçant l’arrête et le fait enfermer durant quelques mois en prison. Avicenne, profitera de cette incarcération pour continuer à rédiger ses livres.

En 1023 après de nombreuses péripéties et devenu sans protecteur, on le retrouve à Ispahan. C’est là que pendant 14 ans il écrira la dernière partie de son oeuvre portant sur l’astronomie, la science et la linguistique. Cependant qu’il continuera à répondre aux sollicitations de soins lui arrivant de toutes parts aussi bien des riches que des pauvres de ce monde.

Il meurt à 57 ans , à Hamadan et chose étonnant on ne saura jamais vraiment la raison du mal qui l’a terrassé. Certains penchent pour le cancer du colon, d’autres le disent victime d’un empoisonnement..

Il est enterré à Hamadan et pendant longtemps sa tombe ne fut désignée que d’une simple lanterne des morts. En 1950 un Monument lui sera érigé.

Selon l’écrivain et chercheur iranien, Sahid Nafissi, on peut établir l’oeuvre d’Avicenne sur 456 titres dont seuls 160 nous sont parvenus.

Qu’est ce qui fait que certains s’engagent très tôt dans une vocation et d’autres ne finissent pas découvrir leur voie que tardivement ? cela me semble t’il ne vient pas de nous, peut-être finalement la destinée existe t’elle vraiment, ou bien ce qu’on appelle aujourd’hui une « mission de vie ».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.