La hantise du gaspillage

Il faut finir ton assiette, ne pas jeter le pain, prendre soin de tes affaires, ranger ta chambre, cirer tes pompes avoir l’air « bien ». Quand je les revois j’ai la larme à l’œil, après tout c’est normal de regretter tout le mal qu’on aura fait dans sa vie à nos proches. tout est bien ficelé pour que ça fonctionne comme cela, pas de gaspillage tout se récupère dans la grande gueule béante du système punition récompense, plaisir et culpabilité.

Autant qu’il m’en souvienne je n’ai jamais été « bien » mais toujours coupable plus ou moins de ne pas l’être. Toutes ces voix qui sont rentrées dans la tête et qui continuent à parler à chuchoter, à murmurer ou à gueuler et qui ne cesseront jamais de me dire que je gaspille mon temps que je gâche ma vie, que je n’arriverai jamais à rien de toutes façons.

J’en ai fait une force au final de cette trouille monumentale qui se transmet depuis des générations dans les alliances familiales. Ce monstre à amadouer n’est pas si terrifiant au bout du compte il faut juste prendre le temps de changer de point de vue. C’est une gageure bien sur cela peut prendre presque une vie entière.

Il y a de l’amour dans tout cheminement qu’on le veuille ou pas. Et l’amour c’est tous les jours, c’est inépuisable , quand on ne s’en rend pas compte c’est épuisant et puis soudain le sourire naît et même le rire de bon cœur, ce qui n’empêche pas de pleurer de temps en temps pour ne pas perdre la main faut pas pousser tout de même.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :