Quand Dali faisait de la pub pour le chocolat Lanvin

J’étais encore gamin quand je voyais surgir le visage arborant de longues et fines moustaches soignées du peintre Dali pour me vanter la folie que lui procurait la marque de chocolat Lanvin , je n’étais pas plus agé d’ailleurs quand Fernandel Don Camillo vantait une célèbre marque de nouilles et que d’ailleurs ma mère ne manquait pas d’acheter. Et j’arrivais au bord de l’age adulte lorsque le chanteur Serge Gainsbourg, enfilant son personnage de Gainsbarre brûla devant les yeux ahuris des Français un bifton de 500 francs pour expliquer ce qu’il gagnait une fois que le fisc avait prélevé son « dû ».

Ces images je les ai conservées soigneusement dans un recoin de ma cervelle et puis plus tard quand j’ai appris par Shakespeare que l’existence n’était qu’un théâtre j’ai trouvé l’idée intéressante mais je n’étais pas encore en mesure d’effectuer des liens avec mes souvenirs télévisuels.

Pour que la connaissance parvienne à maturité le savoir ne sert à rien contre l’expérience de la réalité.

Comme je l’ai probablement dit déjà j’ai été, pendant longtemps, contre l’usage des réseaux sociaux n’en comprenant guère l’intérêt, trouvant même cela superficiel et vain jusqu’à ce que je me retrouve avec un stock imposant de toiles dans le fond de mon atelier et que je me décide à les sortir pour les montrer et pour si possible me désencombrer.

Etre peintre aujourd’hui nécessite, si toutefois on veut vivre de sa peinture, de la montrer le plus largement possible. C’est donc un peu à contre cœur que je me suis décidé à ouvrir un compte Facebook, mais comme on dit « nécessité fait foi ».

La première chose qu’on m’a demandé de remplir fut mon « profil ».

Et lorsque je réfléchis à ce terme si particulier, je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi les créateurs du site ont décidé de nommer cette présentation de soi ainsi.

Ce n’est pas une image de face qu’on nous réclame mais un « profil »

Apparaître sous un profil c’est la plupart du temps vouloir qu’il soit le meilleur possible suivant les intentions qui dirigent nos actions.

J’avoue ne pas avoir tout de suite pensé à cela en remplissant sans oublier de maugréer un peu ce fameux profil.

Depuis je me suis pris sérieusement au jeu et je ne cesse de brouiller les pistes par les divers contenus que je propose quotidiennement. Il y a 3 pôles sur lesquelles je travaille : la peinture bien sur, la narration d’événements réels ou imaginaires, et quelques avis sur la politique et la philosophie.

Ce qui est intéressant finalement c’est de me rendre compte à nouveau de ma volonté farouche de rester dans l’éclectisme apparent aussi bien en peinture, dans l’écriture, et dans mes inspirations philosophiques parfois colorées de bouddhisme, de soufisme quand ce n’est pas de mécanique quantique.

Dans le fond peu importe qui est vraiment Patrick Blanchon ce qui compte c’est seulement sous quel profil il va apparaître

Dali dans ses exagérations se prenait pour Dieu, et je peux comprendre qu’a force de se tripoter le génie on puisse se déclencher mécaniquement un orgasme mystique …

Mais hélas je sais aussi désormais que l’impression de toute puissance n’est là que pour masquer une impuissance profonde ou un « je m’en foutisme fondamental ».

Peut être qu’entre la pub pour le chocolat, les nouilles et la provocation Gainsbourienne il existe quantité de personnages encore à créer afin de faire comprendre à soi et aux autres que « je » subis les règles de la fiction , comme tout le monde, celles que l’on me propose et celles que je veux bien accepter.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.