Le peintre maudit.

Un peu facile de me dire ce matin je fais ce que je veux. Trop facile. C’est à dire peindre à la volée des bribes de tout format dans le seul but d’expulser l’énergie énorme qui pousse sans relâche à l’intérieur.

La volonté de vivre est là qui s’étale en couleurs parfois de façon obscène.

Quel problème avec l’ obscénité ? c’est le lien que j’y entrevois avec la dispersion.

C’est ainsi qu’on a crée des tabous, des totems, des pieux comme axe à la vie des villages.

Pour ne pas se laisser baiser par la dispersion, les pulsions.

J’ai passé ma vie à vouloir enfoncer des portes ouvertes parce que je me sens fondamentalement seul. Singulier. Je suis un peintre maudit désespérément seul. un baiseur à la chaîne qui se retrouve la queue entre les jambes pathétique

J’éclate de rire pour expulser l’effroi mais bon je ne suis pas dupe.

Tout est encore à venir

Ma trouille bleue d’avoir chopé une merde genre cancer ne me lâche pas. en même temps que je continue à renoncer à la visite médicale.

Genre Viking c’est le destin le plus fort et j’y crois.

Me suis remis à fumer encore plus du coup pour faire la nique à je ne sais quoi vu que je me considère presque rien.

Les gens pensent que c’est simple d’arrêter de fumer comme d’arrêter de penser, comme d’arrêter de se disperser.

Pour moi tout va de pair je fume comme je pense et je me disperse en fumerolles colorées

je me décompose gentiment en couleurs. Toute cette violence bouillonnante à défoncer en chaîne des chattes et des culs désormais mélangée à l’huile de lin

Ma volonté d’esquiver le mot artiste chaque fois n’est pas une coquetterie. je suis de moins en moins escroc.

je suis un peintre suicidaire exhibitionniste et obscène dans ma main le pinceau me sert de sextant pour chercher ma justesse comme ma place auxquelles systématiquement je renonce.

c’est ma route dans le fond et si, ma foi, certains pensent que c’est de l’art c’est qu’ils se fourrent le doigt dans l’œil.

Une fois qu’il eut vidé son sac le peintre s’installa à son chevalet devant sa toile encore vierge il dessina un sexe de femme béant puis il tenta d’enfouir sa tête à l’intérieur mais la froideur du lin qu’il sentit sur son front le réveilla. Il alluma une nouvelle cigarette et commença a esquisser des courbes, des creux, autour du sexe peu à peu une femme extraordinaire commença à prendre forme.

Publicités

2 commentaires sur « Le peintre maudit. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.