L’ogre

Eli Eli lama sabaktani Huile sur toile Patrick Blanchon

Tous ceux qui se seront essayé à vouloir maîtriser l’ogre l’auront souvent payé cher, d’un bras, d’un œil, d’un orteil, d’une oreille ou d’un cœur. Parfois certains n’en sont pas revenus du tout, avalés tout cru dans l’indifférence générale qui est celle de nos sociétés abruties d’informations. Ces informations, mot d’ordre qui ont pour mission de rendre tout l’extraordinaire d’une désarmante banalité.

Abreuver les foules de mauvaises nouvelles par l’athanor télévisuel notamment fabrique un monde d’indifférents ou chacun baigne dans une ouate à l’odeur de merde. Une merde mentale qui pue la pensée unique, le réflexe pavlovien et la masturbation à la petite semaine.

L’ogre s’en réjouit en salivant de plus belle.

Tous ces pauvres bougres qui se déversent sans relâche dans sa gueule béante comme autant d’amuse bouche…il rit.

On pourrait croire que j’évoque un complot de politiciens et de financiers véreux associé à la mafia Anunnaki, mais hélas ce n’est même pas cela aujourd’hui c’est encore bien au delà ..

L’ogre est virtuel et sa réalité cependant devient bien plus tangible paradoxalement que toute réalité connue.

Il dévore des pans monstrueux de forêts amazonienne, il gobe tous les œufs magiques et leurs graines fabuleuses dont la moindre est l’espoir.

L’ogre rit et son rire glace le sang, pétrifie toute course comme dans les rêves, et cependant son action reste invisible, tout se passe dans les plus grandes profondeurs, rien ne saurait se jouer en surface.

En surface c’est le jeu qui domine, celui des « paraîtres »comme des parutions.

Publier pour nourrir les cerbères de l’ogre , diversions en divertissement.

Chaque publication est avalée par l’algorithme qui le restitue à dose homéopathique suivant l’importance ou non de celle ci… moins c’est important plus ce sera diffusé.

l’important ici étant bien sur de ne pas déranger de ne pas créer trop de fausses notes gênant ou empêchant la digestion de l’ogre.

On pourrait croire que j’évoque ainsi la servitude de bons nombre d’entre nous envers les réseaux sociaux, mais ce n’est pas encore ça … ça c’est encore la surface des choses , un nouveau jeu de l’ogre car il est inventif, prolifique, il ne se démonte jamais et fait feu de tout bois.

Peut-être qu’à la fin du texte tu retrouveras un peu de tes frayeurs enfantines à la lecture de certains contes de fées… Ce serait pas mal de retrouver cette peur dans le fond.

Et puis je ne te le dirais pas qui est l’ogre, je te laisse chercher un peu, je laisse ce texte inachevé volontairement.

Si tu as une idée n’hésite pas à me la communiquer je serai ravi de savoir comment tu vois l’ogre qui nous dévore sans cesse comme ces vautours qui dans les temps antiques dévoraient le foie d’un demi dieu durant la nuit et qui se renouvelait à chaque aube nouvelle.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.