Récapituler

Blé sauvage Photographie Patrick Blanchon

Le sentiment d’amour pour la nature, qui réapparaît régulièrement au fur et à mesure que l’homme éprouve de la détestation pour son action néfaste sur celle-ci, ce sentiment est-il vraiment constitué d’amour pur, d’amour vrai, ou bien n’est ce encore je le crains qu’une tentative mille fois répétée de se faire pardonner par la « mère » magistrale les bêtises innombrables que nous ne cessons de commettre comme de sales gamins.

Encore que j’utilise le mot « amour » ici comme une nostalgie, une fable de longue date concertée , une absence.

Dans le fond des choses une récapitulation s’impose afin de pénétrer sans ciller au delà du seuil de toutes les anciennes cabanes et si possible apercevoir la coupe simple et modeste d’un Graal. Non pas pour m’abreuver, me remplir d’une sensation mystique mais plutôt me vider totalement de toutes les illusions, les mensonges.

Pratiquer en cette intersaison le grand nettoyage propice à pénétrer peinardement dans l’hiver.

Nombreux sont les écrivains qui ont rêvé, évoqué la possibilité sinon l’urgence d’un « recours aux forêts » et les gens d’art en général n’en sont pas exemptés. On se souvient de Démocrite bien sur , de Thoreau et de son Walden, et de tant d’autres car la liste est évidemment aussi longue que l’histoire de notre rapport à la nature l’est.

Pourtant une rupture s’opère avec l’écrivain Ernst Jünger, et la publication de son « traité du Rebelle » et plus tard son « Eumesvil ».

Si Démocrite campe une position philosophique en marge et hostile à la société désirant s’en désintéresser jusqu’à l’oublier dans un rapport fantasmé à la nature , Jünger quant à lui crée un personnage plus subtil et sulfureux, l' »Anarque ». Le rebelle ne peut plus échapper à la réalité sociale comme jadis le vieux grec.

Au contraire l’écrivain allemand nous offre des clefs afin de nous inciter à pénétrer le cœur du « systeme » pour ne pas dire de la dictature et agir secrètement en son sein pour produire le vacillement plus ou moins important qui peut l’entraîner dans une chute. N’oublions pas le rôle de Ernst Jünger lors de la seconde guerre mondiale, et l’attentat raté contre Hitler dont il sera un des instigateurs.

Le recours au désert n’est pas tout à fait la même chose que le recours aux forets. Il s’agit plus de domestiquer une sauvagerie à la fois à l’extérieur de nous comme en nous, cette même sauvagerie qui ne cesse de produire des ravages depuis la nuit des temps. Domestiquer cette sauvagerie du désert c’est domestiquer celle aussi de notre cœur pétri de sensibleries de faussetés de messages mal adressés, d’errances souvent vaines. Recourir au désert c’est se préparer à traverser tous les mirages sans broncher.

Une phrase d’André Gide m’accompagne depuis de nombreuses années, bien que je me sois toujours gardé de lire le roman du même titre sans savoir pourquoi. Cette phrase serait tirée de l’ Evangile selon Jean : » Si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s’ il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour l’ éternité . « 

Dans ce processus de récapituler quelque chose doit mourir pour renaître, est ce une version caduque de ce que l’on nomme l’amour de la nature ? de l’amour en général ? et alors quel refuge choisirons nous pour remonter le fil des traumatismes et des illusions ? Irons nous trouver refuge dans d’illusoires cabanes au fond d’illusoires forets ? ou bien chercheront nous à écouter ce que tout désert raconte la nuit à l’oreille du voyageur quand le vent pose sur toutes les sauvageries un baume apaisant ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.