Importance du point de vue.

joueur de cornemuse the bag tripper

4h le matin.

Concernant le point de vue que tu portes sur un objet, casserole, vêtement,bouche, œil,veine qui bat sur une tempe,buée sur la vitre, peu importe ..

Quel état d’esprit oriente ton point de vue ?

Mieux, qui regarde ? qui donne ce point de vue ?

Est ce le gamin ? l’ado ? le jeune homme égocentré, l’adulte,le vieillard ?

Ou bien encore un de ces milliers d’inconnus encore en toi ayant vécu une existence autonome, dans cette vie ou une autre et qui parfois s’empare du crachoir ?

Kaléidoscope, manège incessant, tous les événements de la vie ainsi vus au travers d’un gigantesque œil de mouche, facettes.

Si un jour tu as eu l’envie de te réfugier dans le regard de l’artiste, n’est ce pas parce que tu cherchais confusément la permanence d’un point de vue ? la solidité rassurante d’une
vision qui ne se déploie pas horizontalement dans un zapping interminable mais verticalement dans l’affinage des formes le creusement des sillons , des idées, des mots.

Jusqu’à aujourd’hui en vain. Tu t’es éparpillé, dispersé, ne parvenant pas à trouver de centre.

la rencontre d’une oeuvre véritable que t’apprend -t’elle ? ne serait ce pas la découverte d’un point de vue régulier par son étrangeté même ?

Et ce point de vue est non pas une des multiples émanations d’un centre fixe, d’un axe, mais la seule possible, la seule qui semble avoir été choisie en tous cas par l’artiste qui renonce par concertation silencieuse à tous les autres point de vue possibles.

une question pourrait être « le fait il exprès , de façon consciente, réfléchie, ou bien en toute inconscience, parce que tout bonnement il ne peut rien faire d’autre ?

Mieux parce qu’après avoir tenté l’évasion de mille façons il sent que ce n’est effectivement pas possible. Il adopte alors l’unique point de vue qu’il peut et ce par une régularité qui ne change pas , qui ne change plus.

c’est montrer le vrai visage de cette régularité, sa discipline.

La plupart du temps une économie surprenante de moyens pointe un minimum d’idées majeures, parfois même une seule.

La focalisation à l’aide du rudiment apparaît de l’extérieur comme une contrainte pour le profane.

Mais, à bien y réfléchir l’absence de focalisation, ajouté à la pléthore de moyens enraye l’acte créateur bien plus que tu ne peux l’imaginer

On peut faire des centaines de tableaux avec cette impulsion première qu’on appelle de façon trompeuse « liberté » .

Ce sera un déploiement de savoir faire, de maîtrise plastique éventuellement, une performance parfois aussi. Les pièces majeures dans ce mouvement seront des raretés si elles ne sont pas des impossibilités.

Ainsi pour être un artiste digne de ce nom, renoncer à l’anecdotique que l’on peut aussi appeler éparpillement, papillonnage.

Élaguer tout ce qui ne sert à rien, qui entrave la croissance d’une ou deux branches maîtresses , l’arroser chaque jour, l’abreuver de travail, d’attention, de doutes et de certitudes, Dans le fond c’est en gros la définition de l’amour

sauf que j’ai omis les préliminaires, le désir et la passion parce que sans doute ils ne sont qu’un préambule et que l’essentiel dans ce point de vue encore très intello que je porte sur l’art et les artistes m’en éloigne à des milliers d’années lumière.

« Un gentleman c’est quelqu’un qui sait jouer de la cornemuse mais qui n’en parle pas. »
Allan

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :