Prendre un café à Fiesole

Filippo Lippi Autoportrait

J’irais en bus certainement, pour savourer le paysage toscan, et me souvenir encore et encore de ta bouche et de tes yeux me murmurant et me souriant à la petite table de café où nous étions face à face dans cet instant suspendu un matin d’automne, là haut, à Fiesole.

Je me souviendrai du vieux maître, de sa voix douce et sereine qui me parlait de l’agathe du pourpre marin de la lazzulite, des émeraudes et des rubis réduit en poudre fine sous le pilon.

Je me souviendrai de la ferveur d’arpette qui m’habitait, celle là même que je plongeais dans tes yeux sombres comme une lame de Tolède pour la tremper aux feux de nos désirs.

Combien de fois t’ai je peint… je ne les compte plus.

C’est l’automne, un vent frais dérange les boucles lourdes de ta chevelure, une odeur de bois brûlé nous entoure, et je ne cesse de vouloir retenir la fine ride d’expression de ton sourire, qui m’échappe, qui m’échappera toujours.

Des bordels de mon enfance j’ai conservé la couleur pâle des gorges et des cuisses, l’albâtre des peaux fines, la marbrure bleutée des veines temporales, l’or des pupilles et des iris le charbon des cils et l’églantine des lèvres ourlées dans le mépris, mais la fine ride sur le tranchant de ton sourire … elle s’évanouit.

« Filippo » n’est ce pas ainsi que tu m’appelais doucement « Filippo » avec ton accent traînant sur les L ton accent de Naples si particulièrement érotique à mon oreille, et je lévitais à cet appel, mon âme, mon corps de lumière tout entier abolissait le temps pour rejoindre l’éternité de ton souffle dans ton appel.

Voilà bien des années que nous ne sommes plus. Dans l’air limpide stridule toujours l’alouette tandis qu’en bas sur la plaine, dans les rues florentines vrombissent les vespas.

Mon maître est toujours là, son ombre à mon côté, moi qui suis ombre aussi désormais, mais toi ma magnifique, mon aimée où donc es tu que j’ai perdue pour n’avoir pas su retenir cette toute petite ligne, cette caractéristique si précieuse de ton sourire ?

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :