j’ai crié leur noms à l’oiseau blanc

Les animaux Fresque amazonie Thierry Lambert

Quand la fumée commençait à tout obscurcir, quand le profit n’en finissait plus de tout ternir, quand je vis que tout allait finir en cendre. Mon cœur tressaillit et je vis jaillir un bel oiseau blanc qui peut-être allait avoir la chance de s’enfuir

Alors je remplis à fond l’air dans mes poumons et je criais leur noms à l’oiseau blanc pour qu’il les emporte sous son aile en forme d’esprit

Oui j’ai crié

Ara hyacinthe va en paix

Emeraude d’Olivares va en paix

Coq de roche péruvien va en paix

Thamnophile de Castelnau va en paix

Ara rouge et colibri Topaze allez en paix

Sarcorampe roi et chouette à lunettes je ne vous oublierai jamais.

Puis je n’ai plus jamais revu l’oiseau blanc

mais lui non plus je ne l’oublierai jamais.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :