Les plantes d’Amazonie Peinture Thierry Lambert

Quand le feu arriva comme un fou dans le sous bois paisible toutes les plantes se recroquevillèrent sur elles mêmes emportant dans l’ailleurs tous leur secrets de plante.

La grande Ayahuasca ne pipa pas un mot en s’effondrant sur elle même

pas un cri, pas un murmure mais des cimes là haut dans la canopée un petit singe lança le pet

Ayahuasca n’est plus

ce fut alors le long parcours, mais rapide comme le feu lui même de la rumeur qui fit naître les cris et les pleurs.

Il y avait aussi des plantes moins célèbres, et même d’autres encore plus discrètes connues seulement des plus grands maîtres

Il y avait l’herbe qui aidait à connaitre les herbes, l’herbe qui apaise la faim l’herbe qui donne de l’appétit, l’herbe qui ôte la neurasténie et l’herbe qui lorsqu’on la mache a un petit gout de pain, et puis cet autre pour attirer les filles et cette autre encore pour se defaire des passions dévorantes. Ici il y a des herbes pour chaque situation de la vie et toutes se recroquevillent humblement au passage du grand feu fou des hommes de peu.