Cette froideur qui vient du style

A l’anarchie des formes évanescentes au changement permanent, j’ai cherché une rambarde, un mur, un parapet pour ne pas sombrer tout entier dedans mais c’était nettement moins intéressant de regarder la vie comme ça, enfermé dans mon atelier à construire pierre à pierre mon grand caveau pour la postérité.

On m’a dit trouve ton style et j’ai pensé art funéraire.

C’est que dans le fond du fond je ne suis fait que de cette vie et de ce changement qui ne cesse de l’accoucher de vague en vague.

Sur mes toiles que j’ai confondues avec des planches de surf je suis monté nu comme un vers pour commencer un voyage sur le haut des vagues qui ne s’est achevé que récemment.

Mon défaut si l’on veut c’est que je ne voulais pas crever avant d’avoir vu du pays, au début j’avais mal saisi, j’ai pris des bus, des avions, et j’ai marché, marché loin très loin jusqu’à tomber le cul par terre de fatigue.

La peinture m’a ouvert des pays que je ne connaissais pas, des paysages intérieurs.

Alors j’ai peint, peint et encore peint comme un gamin qui s’extasie de la répétition jusqu’à tomber encore une fois le cul par terre.

Les gens m’ont dit : oh mais on dirait que ce n’est pas le meme peintre qui fait tout ces tableaux, les gens m’ont dit oh comme c’est beau, mais ceux que j’ai le plus entendu ce sont ceux qui n’ont rien dit.

Ceux là j’ai tenté de deviner leur silence et en m’engouffrant ainsi j’ai compris peu à peu mon propre silence. En fait mes toiles n’étaient que mutisme alors que je les imaginais silence.

Je suis encore le cul par terre de nouveau mais quand je jette un coup d’œil en arrière je me dis wouah quel chemin ! je me félicite, je m’acclame, je m’honore, je m’aime. Je m’aime plus en fait désormais et peut-être que tout ce chemin n’était là que pour cela et pour qu’en même temps je me mette à t’aimer mieux toi aussi.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :