Energie, justesse, liberté

Quand le trait est hésitant, repris plusieurs fois, entravé par le doute, quel est donc le problème ? J’ai envie ce matin de considérer la situation sous l’angle de ce qui m’est le plus cher, la liberté.

Et mon postulat est que celle ci pour une raison plus ou moins avérée se trouve entravée par quelque chose.

Bien sur la confiance en soi est la tarte à la crème que l’on sert régulièrement à celle ou celui qui entreprennent de marcher sur l’eau et bien sur ainsi pas de doute, qu’ils n’y parviennent pas.

Au delà de cette notion de confiance qui est une opération mentale j’aimerais parler d’énergie. Une énergie qui stagne, qui s’affole de ne pas trouver d’issue au travers des nerfs, des vaisseaux, des veinules, des artères, et qui rend fou le geste.

Sans doute une forme particulière de yoga serait-t’elle à inventer, si toutefois elle n’existe pas déjà, pour convaincre le corps de laisser l’énergie circuler de part en part jusqu’au geste de dessiner ou de peindre sans qu’il se trouve entravé.

Dans un passé proche l’alcool ou les drogues servaient aussi à distraire le mental afin qu’il perde le contrôle et laisse filer l’intuition, l’énergie dans les ouvrages littéraires ou picturaux.

Mais je crois qu’un bonne promenade en forêt peut aussi régler l’affaire à moindre frais et sans dommage. Car dans le fond cette énergie bloquée n’est que le symptôme de la prière du corps qui désire exister et qu’on ne voit ou n’entend plus, à force de vivre enfermés dans nos têtes.

Remonter le fil des concepts, des mots pour retrouver l’os, le muscle, le nerfs, voilà une piste de travail à réaliser pour tous ceux qui, comme moi, se retrouvent débiles devant leur page ou leur toile blanche en attendant l’inspiration.

Dans ces retrouvailles avec la terre, le corps, la matière, nous retrouvons ce qui nous fonde au niveau le plus intime, le proton qui a besoin de liberté lui aussi, et qui ne cesse à cette fin de créer et de se recréer sans cesse.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :