Quelle idée de toi as tu donc et comment est ce que tu t’y prends pour la représenter aux yeux des autres ?

C’est une tâche de fond qui ne s’arrête pas, même dans ta solitude, tu continues à vouloir maintenir coûte que coûte cette idée, et pourtant tu vois bien qu’elle ne tient pas, qu’elle ne fonctionne pas cette idée.

Tu attendais tellement de la part des autres

Leur « reconnaissance », et peut-être aussi leur amour, sous forme de baisers, de regards et d’argent.

Car bien sur tu te fais aussi des idées sur tout ça.

Mais regarde un peu cette longue errance que tu as crée tout seul juste en partant d’une idée, une idée de toi qui n’est pas toi, qui n’a jamais été et ne sera jamais toi.

C’est comme en dessin, finalement, tu commences par un détail, puis un autre, et encore un autre, et au final ce n’est plus qu’une accumulation hétéroclite de signes sans tenue, presque informe.

Oui, tu peux te braquer, monter sur tes ergots, invoquer ta soumission absolue au hasard ça ne change pas grand chose au fait que dans ton for intérieur tu sais très bien la vérité.

La vérité c’est que cela manque d’unité.

La vérité c’est que ça ne fonctionne pas.

La vérité c’est que tu aimes t’égarer dans le fond, en dépit de la forme.

Et ensuite tu t’inventes une belle idée de toi, chamane, clairvoyant, donneur de leçons.

Peut-être est-il temps de t’emparer de la gomme et d’effacer un peu ce qui ne va pas.

Revenir à tout ce que tu t’obstines à mettre en travers de toi.

Effacer

Effacer

Effacer

Oh pas pour être une « belle personne » non

Pas pour faire un « beau dessin » non

Pour ôter du chemin tout ce qui n’est pas toi et qui t’empêche d’être toi.

Je t’entends déjà me dire : ce n’est pas possible c’est trop vide

bien sur que c’est vide, ce l’est même à souhait justement

N’est-il pas temps de regarder ce vide en face ?

N’est-il pas temps de sentir la présence qui se tient au délà ?

C’est peut-être en traversant l’aridité apparente de ce long tunnel

que tu parviendras à rejoindre ce que depuis toujours tu as eu peur de rejoindre

La présence de plus en plus forte de cette absence

ne le comprends tu pas encore ?

Ce n’est que toi, rien que toi encore et toujours et à jamais.

Publicités

prof d'arts plastiques, fabriquant de tableaux. @patrickblanchon38550 http://patrickblanchon.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :