Jouir

L’érotisme chinois ou japonais dans l’art

Dans ma naïveté, méchante naïveté j’aurais voulu la faire jouir

comme un instrument détourné de son usage sacré , inviolable.

Mais peut on utiliser la musique comme prétexte à la gloutonnerie

Mais peut on avilir l’autre pour se défaire des rugissements intimes

qui sans cesse nous dévorent

Mais oui

On le peut et je l’ai pu

Mais oui l’autre ne fut que chose entre mes mains mes yeux

et j’aurais voulu je ne sais quelle fusion entre l’âme et la matière

dans un cri éternel

dans des larmes perpétuelles

de plaisir et de douleur mêlées

Je ne savais rien du monde et de la force des choses

tout était écrit depuis la nuit des temps

quand j’ai posé la main sur son sein nu

quand j’ai pénétré dans l’arène des concupiscences

tout était déjà joué à l’instant même

et je restais marron ou vert

enfin extrêmement confus

je me pensais généreux mais je n’étais que sale

d’une propreté terrible que je m’étais inventée.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :