Politesse

tas de pierres polies

D’une politesse extrême, luisante comme une armure

Elle s’avance et je ne lis que ce qui m’arrange

son mépris.

Son mépris qui est aussi le mien

et qui tisse un réseau de liens très fins

par le regard interlope

de nos deux volontés un peu salopes.

Salopes parce qu’uniques dans ce creux temporel

qui nous laisse appauvri, dépourvus de vocabulaire.

J’allais l’emporter à califourchon sur mon cheval fougueux

bien sur

mais oui

tu ne me crois pas ?

Quand je me suis ravisé

quand j’ai soudain décidé d’afficher clairement

mes renoncements

et qu’avec mépris moi aussi

j’ai emprunté un masque bien poli

Pour lui dire non

et tourner les talons.

C’était un bel acte de bravoure

mais dans le fond me reste encore une arete

dans le gosier

avec la soif qui va de pair

et une question en suspens

sur la volonté imbécile de toujours vouloir être bien poli.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :