Le chas de l’aiguille.

Claude Viallat  » sans titre » 1991 Acrylique sur collage de tissu, 176 × 134 cm, Atelier de l’artiste Photo Pierre Schwartz

Cet effondrement dont parle souvent Maître Eckhart et les grands Soufis il y repensait à nouveau après avoir écouté toute une série d’interview avec le peintre Claude Viallat.

Il avait été profondément touché par les propos du vieux nîmois quand celui ci racontait son parcours compliqué avec la peinture. Cette agitation qui l’obligeait à s’emparer des œuvres des autres pour s’appuyer sur elles afin de pouvoir créer il la comprenait tellement bien.

Et puis à un moment la voix de Viallat s’était brisée légèrement quand il avait dit

 » Quand on a une idée on ne la lâche pas « 

Et cette simple phrase résumait étonnamment bien tout ce que lui, refusait de faire encore mais dont il commençait peu à peu à ressentir l’importance. Le chas de l’aiguille qu’il interprétait encore comme une défaite, une résignation.

Cela faisait bientôt deux années qu’il n’avait rien peint qui puisse vraiment l’enthousiasmer. Il avait peint machinalement au grès de ses pulsions dans une régularité cependant qui aurait pu lui indiquer, elle seule, qu’il était bien en route vers le progrès.

Car qu’il fasse beau, ou mauvais, qu’il soit en forme ou pas il ne se passait plus une seule journée sans qu’il n’aille travailler à l’atelier. Peu à peu il avait restreint le nombre de ses activités à une forme encore mal taillée d’essentiel.

Il sentait qu’il devait être présent dans l’atelier et nulle part ailleurs.

Attaché à cette régularité il produisit un grand nombre de toiles que beaucoup de visiteurs déclarèrent « réussis ».

Cependant il ne prêtait plus vraiment attention au jugement d’autrui. Lui savait qu’il était bien loin d’avoir « réussi ». Que tout cela ressemblait férocement à de la merde ou à du flan dans le fond. Toutes ces toiles ne servaient à la rigueur qu’à lui prouver à lui même qu’il avait été capable de s’attacher à un mat et d’écouter le chant des sirènes.

Et les sirènes bien sur étaient toutes mortes d’avoir été entendues.

Il lui fallait encore lâcher un peu plus de lest pensait-il à commencer par lâcher cette curiosité insatiable qui ne cessait de le distraire de la source vive encore inaccessible pourtant de son travail.

Ainsi les sirènes étaient-elles mortes mais il fallait aussi qu’il comprenne que la curiosité qui l’avait mené vers elles n’avait désormais plus lieu d’être.

« Quand on a une idée on ne la lâche pas » disait Viallat.

Lui il en avait encore tellement des idées elles ne cessaient jamais de le traverser.

Quel courage lui faudrait-il encore, quel effondrement authentique devrait il accepter pour ne plus laisser à la distraction ne serait ce que l’espace d’un cheveu et ainsi comme il est raconté dans les vieux récits oubliés : que la grâce s’introduise enfin en lui pour le mettre à terre une bonne fois pour toutes.

Il lui fallait creuser une idée comme on creuse un trou pour s’enterrer.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :