Colibri

« Colibris » Détail d’une toile de 150×130 cm huile Patrick Blanchon 2019

Un enfant qui creuse des rivières dans la boue,

qui coupe en deux des vers de terre

sans s’embarrasser autrement,

qui écorche le cœur de tout ce qui l’entoure,

ce pourrait être toi comme moi,

c’est surement toi et moi.
Le colibri le sait

et c’est pourquoi il s’installe mimant l’agitation

comme un beau diable

pour s’abreuver à la rosée.


quand il n’y aura plus de plante,

plus de feuille nul

ne sait ce qu’il deviendra.


Il ne restera plus que toi et moi

et tout ce gâchis tout autour de nous.


Et la seule question
alors sera :


Y a t’il encore un colibri quelque part pour justifier les larmes ?

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :