Quand rien ne va plus

Rien ne va plus, c’est la phrase que le croupier prononce et qui signale l’arrêt de toute action de la part des joueurs autour d’une table de casino. Après avoir été convié à faire vos jeux, la roue tourne et il faudra attendre que la bille se bloque sur un nombre, pas grand chose à faire d’autre.

Quand rien ne va plus, cela ne sert à rien de vouloir modifier soudain les décisions que l’on a prises. Le sort en est jeté, l’inéluctable qui s’avance avec une bonne ou une mauvaise figure est sur le seuil et nous ne pouvons rien faire d’autre que de l’affronter.

En raccourci la roulette nous apprendrait alors que l’on peut utiliser toutes nos ressources pour obtenir quelque chose, une grande partie du mécanisme est malgré tout attribué à la chance, au hasard.

Avoir ou ne pas avoir de chance est le résultat déclaré quand nos actions atteignent ou pas leur but si l’on considère que nous n’avons pas fait de notre « mieux » c’est à dire « tout fait » afin de les mener à bien.

Or nous imaginons ce que peut être un bien justement et lorsque nous ne recevons pas exactement ce que nous avions imaginé, nous appelons cela la malchance, ou un coup dur.. Le hasard parfois à besoin d’utiliser la manière forte pour nous ouvrir l’esprit.

Ainsi quand rien ne va plus, que nous avons l’impression que le hasard s’acharne contre nous, que nous accumulons comme un boxer sur le ring , les coups durs nous avons tendance à chanceler, voire à nous coucher.

Peut-être que justement ce qui fait le talent des boxers c’est de savoir prendre tous ces coups car ils ont compris que c’était une donnée essentielle dans un match de boxe.

Il est rare qu’on flanque l’adversaire au tapis d’un seul coup. On doit en prendre un bon paquet, de coups, avant de trouver la bonne tactique, la bonne ouverture. Cela demande de la ténacité, de l’intelligence et peut-être aussi un peu de chance finalement.

Mais dans ce cas de figure le boxer s’est préparé bien en amont de monter sur le ring.

Lorsque la cloche sonne, rien ne va plus il faut y aller et advienne que pourra.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :