Tissage

« Parle moi de tes liens je te dirai qui tu es »

C’est cette phrase qui surgit soudain au creux de la nuit qui me réveille et me maintient en veille.

Est ce une question ou un constat je ne sais pas, le fait est que je me retrouve confronté à cette phrase comme devant une énigme posée par le Sphinx et dont le résultat que je donnerais alors m’inclinerait tout entier vers la vie ou vers l’absence.

Et toujours cette immense fatigue, de me retrouver anéanti devant le moindre choix. Mourir plutôt que de séparer le monde toujours en deux.

Existe t’on nous vraiment en dehors des liens que nous tissons avec les autres ?

Est-ce encore une illusion de plus de croire que ces liens nous confortent, nous rassurent nous assurent dans une structure solide à l’intérieur d’un espace « familier » pour les autres et soi ?

Je pense à un sculpteur parti trop tôt pour que je puisse jamais obtenir une réponse à cette question.

Lui disait qu’il tentait de sculpter en inversant les données de la sculpture. Non pas que celle ci occupe un espace, mais au contraire que l’espace occupe la sculpture. Que l’espace soit révélé par celle-ci.

Sans doute que cette histoire de liens est aussi une histoire avec l’espace que nous croyions occuper alors que la plupart du temps ce n’est que lorsque une absence surgit que nous est révélée la présence.

Au moment où surgit le vide ce n’est rien d’autre qu’un plein qui se métamorphose à nouveau, se réoriente pour faire apparaître quelque chose en creux, le plein naît du vide. Mais le contraire vaut bien autant.

Dans le tissage des liens d’amitié, il faudrait réapprendre ou peut-être comprendre, à moins que plus simplement sentir l’importance des fils de trame et de chaîne.

En tous les cas saisir que l’étoffe est le résultat d’une interaction continue de ces liens avec la maille et qu’au bout du compte on ne sait pas si on tricote un bonnet, une écharpe ou quelque chose de plus grand qui habillera le grand vide qui est en nous.

Illustration « Naissance » Christian Borsotti Sculpteur.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :