Peut-être qu’un ange.

Peut-être qu’un ange arriverait soudain et ce serait la plus simple des plumes voltigeant dans l’air, la plus insignifiante des plumes.

Mais justement en la suivant du regard, en l’accompagnant peu à peu dans sa danse silencieuse, pour rien, je deviendrais comme ce rien vraiment enfin.

On dit que les anges n’ont pas de sexe, je comprends qu’il n’ont pas besoin de se donner un genre pour attirer l’œil des enfants.

Pour communiquer l’indicible dont il faudra plus grand se séparer en nous perdant dans les pensées et les mots usées à force d’être rafistolés.

Quand les anges deviennent invisibles on se rassure peut-être de toutes nos lâchetés en fermant les yeux, en acceptant l’oubli.

Malheur alors à ceux qui ne peuvent boire ou qui refusent toute la pharmacopée des officines d’apothicaire bien rangées au bord du fleuve Lethé,

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :