Attention, conscience, ego

Ce qui est difficile dans l’attention c’est de la conserver sans vouloir forcément en obtenir un quelconque avantage, un intérêt, sans le désir d’avoir, sans la peur de perdre.

Souvent j’entends que l’on parle de la conscience comme une panacée, notamment avec ce que l’on appelle la méditation « pleine conscience ». Sans initiation au désir et à la peur j’ai bien peur que cela ne serve qu’à renforcer l’égo et rien de plus.

L’égo n’est certes pas à négliger, ou à mettre au rebut, il a son utilité. Mais mélanger l’attention, la conscience et la pensée donc l’ego amène à une confusion importante.

Prendre conscience de ce qui se passe au moment même où cela se passe, sans jugement, sans désir, sans peur c’est ce que j’appelle l’attention véritable. Cette attention doit servir l’intention préalable qui serait d’aller juste d’un point à un autre dans le même esprit et de pouvoir en revenir sans se prendre pour un être surnaturel, un guru, ou une demie divinité.

Il n’y a que la pratique régulière qui peut entraîner à la fois l’attention et l’intention et cela peut s’effectuer dans toutes les activités humaines, que ce soit travailler à la chaîne, créer des œuvres d’art, cambrioler une maison ou faire l’amour.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :