Le roi d’un jour

Tacite raconte qu’on tirait au sort une fois l’an lors des Saturnales, un esclave pour le convertir en roi. Dans les cuisines on s’activait alors à produire des gâteaux et l’on plaçait à l’intérieur une fève qui désignerait le monarque éphémère.

Cette idée d’inverser les rôles hélas a totalement disparu désormais et c’est un morceau de la sagesse ou de la folie de nos anciens qui aura disparu aussi. Ne reste plus désormais que la galette dite des rois, que l’on vend à prix d’or chez le boulanger au bout de ma rue.

On ne désigne plus guère de roi, même si la couronne en papier est toujours livrée avec la galette.

Pourtant cette idée était bonne de faire ressentir à un esclave le poids et la responsabilité de la royauté l’espace d’une journée. Mais ne pourrait-t’on pas imaginer une nouvelle épiphanie où ce seraient les rois qui deviendraient l’espace d’une journée des esclaves ?

Sans doute cela leur permettrait -il au moins de savoir le prix de la baguette et des galettes au beurre et réajuster un peu mieux leur vision depuis les tours d’ivoires dans lesquelles ils résident la plupart du temps.

3 commentaires sur “Le roi d’un jour

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :