Les poissons de Fautrier

Des yeux vides et noirs sur un espace gris clair, sans plat, sans assiette autre que leur horizontalité parfois oblique, celui ci tout au bout cerné d’ombres.

Ce ne sont que des tâches presque informes à peine si une ligne de contour évoque le poisson. Et pourtant ils sont tellement vivant quelque part dans la profondeur de la toile.

Je suis resté longtemps devant les poissons de Jean Fautrier au Musée de Grenoble.

Et puis j’ai réussi à m’évader enfin pour rejoindre la journée.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :