Comment construire sa démarche artistique en dix étapes #1

Quelles sont vos intentions ?

L’enfer est pavé de « bonnes » intentions, alors il s’agit de vite regarder en face celles qui t’incitent à créer. Le plus vite sera le mieux et tant pis pour les erreurs de tir, elles font partie du chemin.

Dans le domaine artistique on peut avoir une intention à 20 ans qui n’est pas du tout la même à 40 ou à 60 ans.

Evidemment il y a ceux qui savent tout de suite ce qu’ils veulent et qui s’accrocheront toute leur vie à une idée, mais ils deviennent de plus en plus rares et ne sont pas indemnes pour autant.

Il faut donc de toute urgence, si tu veux sortir de la case peintre amateur, ou peintre professionnel, pour avoir une chance de parvenir à la case artiste que tu fasses le point sur tes intentions.

La plupart des gens qui peignent et qui exposent travaillent par thème. As tu un thème déjà ? plusieurs ? En quoi sont ils liés ?

Y a t’il une cohérence d’intention sur ton travail transversalement à ces différents thèmes ?

Ou bien confonds tu peut-être le changement de médium, de format, de gamme de couleur avec un thème ? Dans ce cas cela relève plus de la démarche plastique que d’une véritable intention artistique.

Qu’est ce qui te préoccupe ou t’enchante dans ta vie ? T’es tu déjà posé cette question et as tu tenté déjà de lister par des mots faciles à retenir ces idées ?

Prends des notes dans la journée en pensant à cela. Si tu es sur équipé d’un smartphone Android il existe des applications géniales pour prendre des notes et classer tes idées.

Moi par exemple j’utilise EVERNOTE sur mon PC et mon smartphone et BEAR sur mon IPAD

Le logiciel Evernote
Le logiciel Bear pour Ipad et Mac

Je peux t’assurer que ça m’a changé la vie. Si tu me connais un peu tu sais que ma cervelle est toujours en ébullition, que j’ai toujours un tas d’idées qui me traversent. Autrefois je notais toutes ces choses sur des carnets, des morceaux de papier et, évidemment, je finissais par ne plus m’y retrouver, par tout perdre ou alors je ne relisais jamais ces notes ce qui est vraiment le pire de tout,n’est ce pas,

Passer du temps pour accomplir quelque chose et ne jamais l’utiliser. Je ne parle pas de gagner de l’argent avec bien sur, mais d’arriver à classer les informations que l’on note, leur donner une place plus ou moins importante, les raccrocher les unes aux autres de façon inédite, n’est ce pas quelque chose de fascinant ?

On ne retient que tellement peu de choses quand on lit un livre sans prendre de notes, c’est vraiment dommage, même un roman, tu peux noter des phrases qui t’ont interpellé, certains mots que tu découvres soudain, et qui te paraissent étranges dans un contexte, tu peux noter tout un tas de choses à chaque fois que tu prends un moment pour lire, ou pour t’informer.

L’avantage c’est que tu retiendras bien mieux ce que tu as lu, tu seras plus attentif dans tes lectures, aux aguets .

Quand j’ai commencé à prendre des notes vraiment cela n’avait vraiment plus rien à voir avec ce que j’avais appris à faire à l’université. Stabiloter des passages de polycopies en jaune ou en orange fluo et ensuite me rentrer dans le crâne toutes ces informations j’avais donné je ne voulais plus entendre parler de cette façon de prendre des notes.

A l’époque je ne possédais pas d’ordinateur, alors j’achetais des carnets et je notais tout au jour le jour, toutes les notes de lectures, les idées sur les trucs qui me traversaient, ma seule façon de ranger les choses était un souvenir approximatif des dates, je notais la date chaque jour. Et je relisais souvent ces carnets, trouvais soudain des liens parfois plusieurs mois après entre deux idées, c’était assez fastidieux mais je ne connaissais rien d’autre.

Aujourd’hui, tu as seulement l’embarras du choix. tu peux prendre le temps de tester plusieurs logiciels, ils sont gratuits dans la version de base, notamment pour Evernote, et si tu veux plus de fonctionnalité, plus d’espace, tu peux acheter pour un prix modique la version premium.

Peu importe le logiciel que tu décideras ensuite de conserver, mais par contre une fois ton choix établi n’en change plus. Ce n’est pas très efficace d’avoir des notes dans tous les coins.

Ensuite tu peux faire ce test de penser à ce que représente pour toi la peinture, ou un autre art, je pense que la démarche vaut pour tous et tu notes chaque jour ce qui te passe par la tête, cela peut être en prenant ta douche, en allant à la boulangerie, en te promenant dans la campagne, en peignant comme je le fais moi-même souvent.

Une idée arrive, tu t’arrêtes et tu la notes dans ton smartphone.tu peux même activer l’enregistrement vocal pour créer ainsi des notes vocales que tu pourras organiser par la suite.

Je viens de lâcher le mot organiser… ce n’est pas pour rien.

Moi ce que je te conseille pour démarrer c’est de noter tes idées pendant une semaine sur ce que tu penses être tes intentions dans ton domaine. Tu notes seulement et tu fais ça tous les jours pendant une semaine.

Le week end tu t’isoles un moment pour reprendre toutes ces notes. Il ne faut pas que tu sois dérangé, concentration oblige.

Et tu hiérarchises ensuite les idées par importance pour toi.

Si tu as beaucoup d’idées, il sera sans doute nécessaire que tu crées des « catégories » afin de rattacher chaque idée à une catégorie.

Par exemple si tu as l’intention d’exprimer la mélancolie, tu peux rattacher cette idée à plusieurs catégories.

La mélancolie dans la création d’un paysage avec une certaine gamme de coloris

La mélancholie dans la création d’un portrait

La mélancolie dans la création d’une nature morte

tu vois déjà trois catégories pour une seule idée.

Pour t’y retrouver dans tes idées il faut également que tu penses à des tiroirs et à des étiquettes sur ces tiroirs.

La catégorie c’est le tiroir et l’étiquette ce qu’il contient.

donc par exemple dans la catégorie « portrait » tu peux mettre l’étiquette « homme » « femme » « enfant » et aussi bien sur « mélancholie ».

Mélancolie peut-être à la fois une idée et une étiquette.

Du coup je me dis que ça peut valoir la peine de rédiger un article sur l’utilisation de ce genre de logiciel, tu vois, je me rends compte tout à coup que j’ai un certain nombre de compétences dans un domaine particulier, assez de connaissances pour faire un plan et créer ainsi un article qui sera sans doute intéressant , à condition que tu recherches ce genre d’information bien sur.

Cela m’entraîne à te parler du public, des relations de toi avec le public dans le domaine artistique.

Quand tu démarres tu ne sais pas du tout qui est ton public. tu as peut être montré ton travail à tes proches tes parents, tes amis, des collègues mais tu sens bien que tu ne peux pas tenir vraiment compte de leur jugement sur ton travail, la plupart sont plutôt bienveillants c’est normal.

Assez peu auront suffisamment de cran pour te dire que c’est merdique s’ils pensent que ça l’est vraiment, ou alors il resteront silencieux en attendant de passer à autre chose. tu sais le fameux silence épais et géné… on connait tous ça dans tous les domaines, pas seulement en art.

Non seulement tu ne peux pas te fier à tes proches pour considérer vraiment ton travail de façon impartiale, mais en plus si tu as suffisamment confiance en toi, tu sais très bien que ça ne sert à rien. Sauf peut-être à prouver que tu travailles, que tu ne restes pas toute la journée allongé devant Netflix.

Cela m’amène aussi à te parler de cette envie de montrer ton travail, à un cercle plus grand afin de recueillir aussi d’autres opinions, ne pense pas à vendre tout de suite je te le déconseille car cela va « polluer » ton intention.

Devenir peintre professionnel c’est assez facile si tu sais peindre, mais pour être artiste il te faudra une stratégie avec des limites éthiques claires, congruentes avec qui tu es. Enfin j’aime bien voir les choses ainsi..

franchement je te déconseille de penser à vendre quand tu commences à exposer ton travail pense plutôt à agrandir ton cercle de connaissances, à nouer des liens et à t’entraîner à parler de ton art de plus en plus clairement

Expostion au Prieuré de Salaise sur Sanne. Ici le lieu était tellement beau que j’ai juste posé mes toiles contre les murs, je peux t’assurer que j’étais super heureux qu’on m’ait fait confiance pour trouver une harmonie avec ces lieux, c’est aussi cela exposer, respecter les lieux, être en accord. L’argent était à milliers d’années lumières de mes préoccupations et pourtant j’ai vendu plusieurs toiles durant l’exposition.

bien sur parler de ton art sera encore bien plus intéressant pour ton public si tu ne te limites pas à parler de ta démarche plastique. Si tu commences à évoquer les intentions profondes véritables, sincères qui t’ont amené à réaliser telle ou telle oeuvre et que tu sais l’énoncer sans bafouiller, comme si cela coulait de toi naturellement je peux te garantir que tu gagneras l’estime vraiment de ton public. Et gagner l’estime apporte tot ou tard des résultats financier également mais tu n’as pas pour l’instant à t’en préoccuper, pardonne moi

Reste dans l’intention de montrer ce que tu fais le plus simplement possible à un plus grand cercle.

Cela peut commencer par te créer une page professionnelle Facebook un compte Instagram, un compte Linkedin si tu prévois déjà d’orienter tes actions vers des « professionnels de l’art » curateurs, galeristes, critiques d’art, journalistes spécialisés…

Cela me fait sourire car je me revois il y a quelques mois en arrière, environ deux ou trois ans et je ne voulais pas entendre parler des réseaux sociaux.

Tu ne peux pas savoir comme j’ai changé en ces quelques mois. Par contre ce n’a pas été vraiment du gâteau, il a fallu que je me bagarre pour comprendre les choses, l’utilisation des réseaux sociaux dans un cadre professionnel ne s’improvise pas.

Et là aussi je me dis que je pourrais faire bénéficier un grand nombre de personnes de mon expérience désormais pour créer toute un série d’articles sur ce sujet.

Mais revenons à nos moutons.

L’intention

ou les intentions sur lesquelles tu vas t’appuyer pour exercer ton art …

Tu as compris le truc, tu notes pendant une semaine tout ce qui te vient dans un logiciel en répertoriant les idées en catégories et étiquettes et en fin de semaine tu classes tout ça en 4 ou 5 grandes catégories ou idées … tu auras enfin des pistes solides de travail !

Finalement dans l’article précédent j’ai commencé à parler d’un plan et normalement je devais te parler des trois piliers sur lesquels s’appuyer pour construire non pas une démarche artistique vraiment, mais plutôt une carrière d’artiste.

je t’en parlerai un peu plus tard, pour l’instant on va se concentrer sur cette histoire d’idées, d’intentions de catégories et d’étiquettes…

Je ne sais pas si cet article t’aura intéressé en tous cas n’hésite pas à me faire part de tes observations, critiques etc voir à le partager… et si ce n’est pas encore fait tu peux t’inscrire à ma liste de contacts privés, je réserve une grosse surprise pour février à tous ceux qui sont inscrits… mais je n’en dis pas plus pour aujourd’hui.

Mes contacts privés https://urlz.fr/8OuV

A demain.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :