Comment définir clairement ses objectifs ( et les atteindre)

Si 20% de ce que je fais apporte 80% de résultats, c’est que 80% de ce que je fais est inutile, ou n’apporte pas de résultat visible.

Si j’analyse ces 3 derniers mois j’ai la sensation d’être parti encore une fois dans tous les sens, sans trajectoire.

J’ai simplement mis en place des tranches horaires dédiées à des tâches, et j’ai tenté de m’y conformer avec plus ou moins de succès. Encore une collection de toiles insensée.

L’aspect émotionnel prend souvent le pas sur la façon dont j’aborde ces tâches. Il suffit que j’ai mal aux dents, que j’ai trop mangé la veille au soir pour que ces facteurs et bien d’autres encore influent sur la qualité de ma concentration.

Cela m’oblige à trouver des solutions parallèlement comme prendre un rendez vous chez le dentiste, et ici ce n’est pas vraiment simple, car j’habite dans un désert médical.

Je pourrais parallèlement aussi créer de nouvelles habitudes alimentaires et surveiller ce que je mange le soir pour ne pas être perturbé le lendemain.

La qualité de mon sommeil également est un facteur à prendre en compte.

La santé en général est le résultat d’une succession de manques, de négligences qui provoquent une chute de tonus, en tous cas qui peut devenir une des sources de l’irrégularité d’humeur.

Un de mes objectifs principaux devrait donc être de faire attention à ma santé afin de pouvoir poursuivre les actions que j’ai envie ou besoin de réaliser sans être perturbé ou en l’étant moins.

Pour atteindre cet objectif il est nécessaire que j’effectue des actions

Prendre rendez vous chez le dentiste, le medecin et établir dans un premier temps un check up … j’ai toujours en tâche de fond cette angoisse de développer un cancer ou une autre saleté et j’adopte généralement la technique de l’autruche. Il faut en général que j’ai atrocement mal aux dents par exemple pour trouver en urgence un dentiste afin de me soulager.

La peur sur ces deux plans est animale, instinctive et me freine. L’imagination également car je suis plutôt porté à imaginer des choses terribles bien sur. Le moindre petit bobo met en branle toute une cascade d’interrogations qui portent bien sur sur les modalités de mon enterrement, j’imagine les amis à la cérémonie, les discours, et pour finir une tombe isolée avec quelque chrysanthèmes fanés.

comment dépasser ma peur du médecin, ma peur du dentiste pourrait être aussi un objectif important.

Je pourrais imaginer planifier des visites plus fréquemment pour mieux détecter un début de carrie Je pourrais aussi prendre ce fameux rendez vous pour passer cette colo dont on me parle depuis des mois …

Parallelement à ces actions qui seraient logiques et efficaces je ne cesse d’être court circuité par des visages d’enterrement qui m’annoncent le pire.

Et malgré 60 ans de pensées acharnées sur la mort je n’arrive toujours pas à accepter calmement que cela puisse arriver subitement.

C’est totalement irrationnel bien sur.

Comment dépasser cette trouille d’aller chez le médecin ?

En fait toutes les personnes que j’ai vues rentrer à l’hôpital ces dernières années en sont ressorties les pieds devant, à part mon épouse qui s’est faite poser une prothèse au genoux tous les autres … ça fait un fameux pourcentage pour avoir la trouille.

Est ce que je suis sur à 100% que si je rentre à l’hôpital suite à ma consultation médicale je vais calancher ? La logique me dit que non. Mon épouse est le 1% qui me prouve que non. C’est assez faible pour s’appuyer sur un espoir véritable, mais je dois bien avouer que je suis pas sur à 100% de mourir si je rentre à l’hôpital.

Dans le fond c’est à la fois amusant et inquiétant de partir dans l’idée de creer un article sérieux sur comment définir clairement ses objectifs et se retrouver à évoquer la peur de mourir et ses soucis de santé..

Peut-être que finalement pas tant que cela.

Si l’idée de la mort ne cesse de me parasiter la journée, si au moindre bobo je me vois déjà 6 pieds sous terre comment pourrais je accorder le moindre crédit à toute autre action qui ne soit pas focalisée à résoudre cette difficulté.

Définir un objectif dans ce cas qui ne soit pas se rendre chez le dentiste ou chez le médecin serait complètement con. Et pourtant c’est exactement ce que je fais…

je m’assois à mon bureau j’allume l’ordi et je tape « comment définir clairement ses objectifs ( et les atteindre) »

quel crédit pourrais tu apporter à cet article sachant tout cela ?

Pourtant, je ne crois pas être tout seul à vivre ce genre de paradoxe. Oh tout le monde ne pense peut-être pas autant que moi à la mort, à la maladie, au cancer, peut-être que toi tu t’en fiches, tu t’es déjà fait une raison depuis longtemps et dans ce cas mon texte va te sembler puéril, burlesque, absolument immature et je ne sais quoi d’autre encore

Mais tu as peut-être d’autres peurs, plus rationnelles qui tournent sans relâche en tache de fond et ne cessent d’impacter ton tonus, ton humeur, la qualité de tes moments de concentration. Peut-être que ces autres peurs finalement te laissent dans le même état, dans cette incertitude terrible dans laquelle on ne cesse de se répéter « à quoi ça sert tout ça, puisque ( je te laisse continuer la suite toi même)

Je crois donc qu’il faut être extrêmement attentif à tout ce qui se passe quand on se mêle de vouloir définir des objectifs, le mot « clairement » est vraiment important. Car le problème récurrent que je ne cesse de rencontrer chez bien des personnes c’est qu’elles ont l’art de mettre la charrue avant les bœufs.

Ce qui est étrange c’est toujours notre façon de botter en touche pour contourner des évidences. La peur de regarder les choses en face nous écarte souvent des « bons objectifs ».

Les bons objectifs ce sont ceux qui doivent être atteints en priorité avant tous les autres.

Et peut-être que cette idée que nous nous faisons, cette imagination de nos actions ou de notre absence d’action, n’est la plupart du temps que pur fantasme dans lequel nous nous engouffrons et tout le temps perdu avec la peur ne se rattrape probablement jamais.

La bonne nouvelle c’est qu’il reste encore un peu de temps pour faire quelque chose avant de mourir… comme se rendre au plus vite chez le dentiste pour soigner cette dent et le plus logique ensuite de prendre rendez vous chez le médecin pour cette saleté de colo.

Après cela je verrai si je peux m’appuyer sur un pourcentage plus généreux de ne pas crever en entrant à l’hôpital.

Et une fois ces petites choses réglées, et à ce moment là seulement je pourrai te dire que j’ai clairement atteint mes objectifs principaux pour cette semaine.

2 commentaires sur “Comment définir clairement ses objectifs ( et les atteindre)

  1. Moi, personnellement, ce serait l’objectif de me fixer un objectif qui me foutrait la trouille ! Le chemin est bien assez, même si je ne sais pas où il me mène. La mort, si elle est subite, m’enchante. C’est plutôt si elle prend son temps que je commence à flipper. Mon expérience me montre que je me suis accommodé de tout, jusqu’à présent. Alors, j’ai certainement encore quelques pas à faire dans la surprenante jungle de mon existence.
    Douceur et sourire, Patrick.
    PS. Des déductions rapides de la loi de Pareto, quand elle était à la mode, ont mené quelques entreprises à mettre la clé sous la porte. Parfois les 80% d’efforts qui font 20% de profit méritent qu’on les choie !

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :