L’avenir est le passé/The future is the past

Il serait donc nécessaire qu’une onde soit observée afin qu’elle devienne particule. Je ne suis qu’un profane en la matière, si j’ose dire, mais la question à résoudre était : quid d’un univers avant l’arrivée des observateurs que nous sommes ?

Une réponse imaginée , si étonnante puisse t’elle être, c’est que nous serions prévus d’avance … et donc l’univers existerait à crédit, ou à tempérament selon les observateurs que nous serions dans le futur.

Ensuite l’émission embraie sur la pensée positive qui serait évidemment un vecteur à privilégier pour un monde formidable, un univers formidable.

Je ne suis pas contre cette théorie, cependant il s’agit de s’entendre sur le terme « pensée positive ».

Quand je vois un peu partout la pub concernant ce genre de pensée je ne vois généralement qu’une façon de récupérer des sous en flattant les ego.

La méthode Coué n’est certes pas nouvelle, elle continue à être largement utilisée dans l’entreprise même si elle porte désormais des noms plus modernes, de préférence à consonance anglo saxonne.

Cependant et pour le peu de bagage en psychologie que je possède, il se pourrait qu’en appliquant à l’excès cette pensée positive, mal interprétée souvent, on finisse par renvoyer dans l’ombre toute une partie de chacun d’entre nous.

Croyons nous que c’est parce qu’on ne regarde plus cette partie, que l’on se focalise sur la lumière qu’elle n’existe plus ? Pour ma part je sais que non.

Ce qui se dissimule ou que l’on dissimule finit toujours par revenir au grand jour et parfois d’une façon inattendue et douloureuse.

Je crois que dans le fond nous n’avons guère d’autre choix de faire chaque jour du mieux que nous le pouvons, et si ma foi il y a des jours où ce n’est pas possible quelle importance ?

Quant à l’univers, assurément, lorsque j’y pense, je l’imagine comme une promesse sans cesse renouvelée… Et si ce sont d’autres habitants d’une planète bien plus ancienne que la notre qui le rêvent dans un avenir lointain ? Et si des milliards d’êtres dans tout l’univers n’étaient là finalement que pour que ce grand rêve que nous traversons se constitue et s’évanouisse sans arrêt de kalpa en kalpa, quelle importance ? Nous en aurons tous profité le temps d’un souffle et c’est cela le véritable miracle non ? La poésie de tout cela invite au respect Il se peut aussi qu’on s’autorise à penser que c’est totalement insensé et ensuite s’en désespérer copieusement ou s’en ficher complètement. Je ne sais pas si cela aura dans le passé un impact quelconque, j’aime à penser que sur l’ensemble des mondes que nous ne savons pas il y a plus de poètes que d’affreux « jojos »

C’est rassurant en tous les cas pour moi peintre de penser que lorsque je peins, mon tableau existe déjà quelque part dans le passé et que je n’ai qu’à fermer les yeux pour m’en souvenir, pour le retrouver… et c’est là quelque chose d »extraordinaire aussi car il ne me livrera que quelques semaines, quelques mois plus tard des secrets que je n’y ai jamais vus auparavant. Dans le fond qui sommes nous ? Si nous faisons vraiment attention les choses s’enchaînent, s’emboîtent d’une façon étrange, parfois horribles et parfois merveilleuses, ces qualificatifs indiquent seulement notre niveau d’ignorance en même temps qu’ils nous identifient dans tout l’univers comme des enfants turbulents et rêveurs.



It would therefore be necessary for a wave to be observed so that it becomes a particle. I am only a layman in the matter, if I dare say, but the question to be resolved was: what about a universe before the arrival of the observers that we are?


One imagined answer, however astonishing it may be, is that we would be predicted in advance … and therefore the universe would exist on credit, or by installments according to observers that we would be in the future.


Then the program worsens on positive thinking which would obviously be a vector to favor for a great world, a great universe.


I am not against this theory, however it is a question of agreeing on the term « positive thinking ».

When I see ads all over the place concerning this kind of thought, I generally see only one way of recovering pennies by flattering the ego.


The Coué method is certainly not new, it continues to be widely used in the company even if it now bears more modern names, preferably with an Anglo-Saxon sound.


However, and for the little baggage in psychology that I have, it could be that by applying excessively this positive thought, often misinterpreted, we end up sending in the shadows a whole part of each of us.

Do we believe that it is because we no longer look at this part, that we focus on the light that it no longer exists? Personally, I know not.


What is concealed or which one conceals always ends up coming back into the open and sometimes in an unexpected and painful way.


I believe that basically we have little choice to do every day as best as we can, and if my faith there are days when it is not possible what importance?


As for the universe, surely, when I think about it, I imagine it as a promise constantly renewed … And if it is other inhabitants of a planet much older than ours who dream it in a distant future? And if billions of beings in all the universe were there finally only so that this big dream which we cross is constituted and disappears without stopping from kalpa to kalpa, what importance? We will all have enjoyed it for a breath and that is the real miracle, right? The poetry of all this invites respect. It may also be that we allow ourselves to think that it is completely insane and then despair of it copiously or not care about it completely. I don’t know if this will have any impact in the past, I like to think that on all the worlds that we don’t know there are more poets than ugly « jojos »

It is reassuring in any case for me painter to think that when I paint, my painting already exists somewhere in the past and that I only have to close my eyes to remember it, to find it. … and this is something extraordinary too because it will only give me a few weeks, a few months later secrets that I have never seen there before. Basically who are we? If we are really careful things are linked, intertwined in a strange way, sometimes horrible and sometimes wonderful, these qualifiers only indicate our level of ignorance at the same time as they identify us throughout the universe as boisterous and dreamy children.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :