Modeling, modélisation, et norme iso.

C’est en ouvrant ma boite mail que je tombe sur cette expression de « modeling ». Celle ci est présentée à mon avis de façon erronée comme une technique d’aspiration d’informations pour les créateurs de contenu qui auraient le malheur de se trouver en panne d’inspiration… Evidemment à la fin du mail un lien, un tunnel, quelque pages de ventes avec des bonus et puis voilà terminé les soucis.

Si je croyais à l’inspiration ça m’aiderait peut-être.. va savoir.

Du coup je fouille dans ma mémoire via Google, et je tombe sur le BIM, qui est l’acronyme pour Building information modeling et qui est surtout utilisé dans la construction de bâtiments. C’est une sorte de marche à suivre référençant tout un tas de choses qui ne nous intéresseront pas dans le cadre de cet article mais qui n’a pas grand chose à voir avec un aspirateur, même si j’y mets de la bonne volonté.

Peut-être que le rédacteur de cet email aura t’il alors confondu modeling qui est aussi « un concours de mode avec des sims  » d’après le blog « belles à la Française » dont je vous fais également l’économie du lien, avec un terme de programmation neuro linguistique qui est « modéliser ». Modéliser un comportement par exemple ce serait trouver les rouages particuliers permettant de le reproduire dans des situations diverses et variées pour obtenir un résultat semblable au comportement original que l’on copie, dans ce but d’ailleurs.

Enfin, je continue ma recherche et évidemment je tombe sur une sombre affaire de norme ISO…. et là c’est le grain de sable qui enraye toutes les belles théories ….

Cette normalisation ISO donne une visibilité et une importance considérable au format, ce qui lui permet de s’ancrer profondément dans les habitudes du secteur de la construction à l’échelle mondiale. Ainsi, les éditeurs de logiciels jouent globalement tous le jeu de l’IFC en permettant l’import IFC dans leurs logiciels mais également l’export vers ce format de projets bâtis dans leurs logiciels. Ces deux corollaires sont le gage du fonctionnement des IFC et donc de leur utilisation. Dans l’article de Wikipédia il est dit que le Bim ( manière de modéliser la création de bâtiments donc ) posséderait quelques lacunes en matière d’import et d’export de données :

« Toutefois, certains logiciels de maquette génèrent des erreurs récurrentes dans la gestion des IFC, que ce soit à l’import ou à l’export. Très souvent, ces erreurs sont flagrantes car elles concernent principalement les « attachements » entre objets. Il sera ainsi, fréquent de voir un mur traverser un toit ou d’autres aberrations liées à cette perte de liaison. »

Donc cela conforte encore une fois que ce n’est pas tant l’information qui est importante mais la manière dont nous l’organisons, avec notre propre créativité et met également en relief le danger d’appliquer aveuglément des « modèles » pré mâches

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :