Quelle valeur donner aux choses?

La valeur n’est peut-être pas qu’un prix. Donner un prix pour un objet est ce la même chose que donner une valeur à une action ? et comment calculer alors le montant des intérêts, le profit d’une action avant même de l’effectuer ? quelle est la marge de l’investissement, ce que ça rapporte par rapport à ce que l’on perd, surtout en temps lorsque nous agissons, lorsque nous produisons des ronds dans l’eau ?

Une action est une onde qui se propage en ondes successives et c’est difficile d’entrevoir la portée de celles ci leurs intrications jusqu’à la berge qu’on ne saurait pas plus voir ni même deviner.

Un objet coûte un certain prix dont les critères sont multiples, prix de revient, prix d’achat, masse salariale, taxes, concurrence, la valeur intrinsèque du produit peut s’envisager sans doute plus facilement que la valeur intrinsèque d’une action.

En ce qui concerne la valeur perçue d’un objet ou d’une action, cette valeur perçue est avant tout je crois liée à une cible dont il est déclaré en préalable que ce qu’elle perçoit correspond à ses critères de choix.

Ainsi un galeriste qui a une ligne éditoriale basée sur la peinture expressionniste parce qu’il a le gout de ce style de peinture tout d’abord et parce qu’il a fédéré autour de cet engouement un carnet d’adresses de collectionneurs ne va pas exposer des œuvres impressionnistes. Il se tirerait aussitôt une balle dans le pied.

Ainsi il expose ces œuvres dans un lieu agréable de préférence également bien situé, dans une certaine ambiance qui correspond également à ce que les gens attendent de type de lieu, et si possible en mieux afin de les surprendre de la meilleure façon possible.

Prenons les mêmes œuvres et installons les aux puces de Clignancourt. Personne ne les verra sauf quelques connaisseurs avertis et encore ils douteront de leur authenticité parce qu’elles sont là parmi d’autres bibelots dans un fouillis hétéroclite. Elles ne seront pas perçues de la même façon.

Quand je dis que le marché de l’art fonctionne sur cette notion de valeur perçue , c’est qu’il décide de privilégier un certain type d’œuvres ou d’artiste et il met un grand soin à l’emballage, ce que je ne fais pas évidemment quand je montre mes tableaux sur Facebook ou sur les réseaux sociaux. Quand je parle de valeurs je montre l’oeuvre ou mes textes de façon brute sans emballage ( du moins je m’efforce de ne pas m’emballer )

C’est cette notion d’emballage qui me gène dans cette notion de valeur perçue cultivée par le monde de l’art.

Ça ne m’épargne évidemment pas les perceptions d’autrui quant à la valeur des choses que je produis, mais écologiquement je suis débarrassé d’une certaine forme d’illusion ou de mensonge en le faisant.

Plus précisément je partage les choses que je fais sans ruse et je me fiche pas mal de la perception que les autres puissent en avoir. Ce qui compte c’est avant tout de les partager et tant mieux si sur les 8 milliards de terriens tout le monde ne m’aime pas, c’est fatiguant l’amour universel.

2 commentaires sur “Quelle valeur donner aux choses?

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :