Les sources d’inspiration en peinture

Le plus difficile est toujours de se lancer, tu le sais bien, on réfléchit, on se demande, on tergiverse en pesant le « pour et le contre », ça prend un temps fou parfois même des journées entières, des semaines, des années … et quand au bout du compte on regarde en arrière on se dit zut, aller je laisse tomber, si ça ne s’est pas fait c’est que ça ne devait pas se faire.

Si la peinture n’est juste qu’un simple passe-temps, un hobby, un amusement, une distraction, il est difficile de maintenir un rythme de travail régulier en grande partie en raison de toutes les excuses que tu ne manqueras pas d’inventer pour changer la place de celle-ci dans l’ordre de tes priorités.

Il y a toujours quelque chose d’autre à faire plutôt que peindre, je l’ai souvent remarqué moi-même et en gros je dirais que dans mes jeunes années j’imaginais que l’inspiration allait soudain me tomber dessus, comme par inadvertance, par chance sans que je ne fasse quoique ce soit de spécial.

Tu peux attendre longtemps ainsi et la vérité c’est que ça ne fonctionne pas, tu l’as sans doute remarqué toi aussi.

Dans cet article je vais te livrer une partie de mes secrets pour que l’inspiration te parvienne et surtout que tu puisses maintenir ce que j’appelle sa « fréquence ».

Imagine un poste de radio, tu tournes la molette et tombe sur une super station avec la musique que tu adores, mais d’un coup tu déplaces le poste, ça ne capte plus, tu t’énerves un peu pour retrouver la bonne fréquence, mais c’est difficile, et en plus tu n’as pas pris le temps de noter celle-ci…

Bon tu vas me dire qu’à l’heure où j’écris ces lignes des postes de radio ça n’existe presque plus. Avec internet on n’a plus à s’enquiquiner avec tout ça n’est ce pas ?

C’est faux, absolument faux.

Si tu surfes continuellement d’un site à l’autre tu sais très bien les inconvénients que cela peut avoir, déjà tu peux y passer des heures et à la fin de la journée tu as l’impression d’avoir vécu une vie de poisson rouge.

Pour trouver l’inspiration et tu noteras bien que je dis « trouver » et pas « chercher », il faut mettre un peu d’ordre dans sa vie, ne pas être une passoire ouverte à tout ce serait une grave erreur de continuer de croire cela.

Au contraire peu de sources d’inspiration produiront 80% de celle ci je peux te le garantir.

Le tout est de trouver les bonnes sources n’est ce pas ?!

Un peu de logique, juste un zeste si tu veux bien et tu vas commencer par faire la liste de tes points d’intérêt sans réfléchir de trop à la moralité de ceux ci. Si tu adores te goinfrer de patisserie, ajoute le dans la liste, si tu te réserve toujours un moment dans la semaine ou la journée pour te masturber en regardant des pornos, inscris le également, et aussi si tu adores aller à la messe, si tu adores chiner dans les vieilles brocantes.

le tout est d’essayer d’être vraiment exhaustif tu comprends

ça va te faire surement une longue liste de points d’intéret

tu pouras alors regrouper chaque item par catégories ( 5 catégories serait un bon chiffre )

tu pourrais par exemple inscrire dans la catégorie « relation au monde ou aux autres » la masturbation sur youporn, le bénévolat chez Emmaüs que tu pratiques peut être, la communion à l’heure de la messe, soit télédiffusée soit en directe… et on pourrait ajouter par exemple le fait que tu adores faire des cadeaux de vieilles bricoles que tu trouves dans les brocantes.

Quand tu regardes ainsi ta liste regroupée en catégories et que tu examines ce que tu as mis dans chaque catégorie tu risques d’être surpris par la juxtaposition des idées et c’est exactement cela qu’il te faut. La surprise !

Imagine maintenant plus sérieusement que tu établisses une catégorie « peinture »

tu peux mettre toute une série de lien sur les peintres que tu adores, qui t’inspirent, des émissions de Youtube qui parlent de ces peintres, des podcast, peut-être as tu déjà tenté d’écrire sur certains, crée des références à ces textes dans ta liste.

Cette catégorie « peinture » tu t’en rends compte est générique, c’est encore une sorte de sac, un fourre tout. Tu vas pouvoir encore plus affiner ton classement en créant des sous catégories.

Par exemple pour les peintres que tu aimes la sous catégorie « abstration », ou « figuratif » par exemple et tu pourras aussi « tagger » c’est dire créer des étiquettes en lien avec ce que tu éprouves par exemple à la vue de certaines œuvres de ces peintres. C’est ce que l’on appelle des « mots clefs. »

Tu te demandes à quoi peu bien servir ce travail de classement et en quoi cela va t’aider à obtenir de l’inspiration ?

Ok je t’explique rapidement alors. Ce travail en lui même ne va certainement pas t’apporter d’inspiration.

Il va par contre mobiliser ton mental sur ces taches en relation avec la peinture.

Les émotions que tu ressens sont en tache de fond par rapport aux pensées, c’est toujours ainsi, on fait bien plus cas de nos pensées que de nos émotions.

Le fait de mobiliser le cerveau sur le bon créneau de sujets à ruminer va déclencher une athmosphère particulière dans ton esprit tout entier, si tu es comme moi, et il n’y a pas de raison que tu ne le sois pas, des analogies vont commencer à se mettre en place, ton intuition peu à peu va dépasser la pensée et, accompagnée de l’émotion, la fabriquant si je puis dire, tu vas créer ainsi un état propice à « recevoir » l’inspiration.

Il faut que tu comprennes que l’inspiration est le résultat d’une suite d’action et d’états.

comment maintenir cet état dans ce cas est peut-être la question que tu te poses ?

C’est une fréquence souviens toi, il s’agit de tourner la mollette imaginaire du poste de radio que tu auras crée toi moi pour retrouver cette fréquence, cette atmosphère et ainsi tu pourras retrouver l’inspiration quand tu le désireras.

Je développerai encore plus ces quelques conseils de base car je crois que c’est vraiment un sujet important pour toutes les personnes qui veulent vivre de leur créativité.

Ce qui gène la créativité, ce qui entrave l’inspiration c’est d’avoir la tête farcie par tous les petits problèmes de la vie de tous les jours qui si on n’y prend pas garde finissent par tout envahir.

On se met alors au travail, on mélange ses couleurs, on commence à les poser sur la toile mais quelque chose ne fonctionne pas, tu sens très bien que ce n’est pas « le bon état d’esprit ».

Et pourtant il y a des dates, des commandes à respecter, tu ne peux pas rester ainsi bouche bée devant ta toile en attendant la grâce … pense à cela tranquillement

Pour changer un peu, je ne vais pas mettre de lien vers mes contacts privés, d’ailleurs je le fais rarement si tu as bien remarqué. C’est parce que je n’ai pas envie de constituer une liste d’abonnés comme il y en a tellement un peu partout, une liste de « prospects » ou de « clients ».

Une liste de personnes vraiment intéressées c’est déjà pas mal non ?

Tiens au fait, avant hier j’ai mal dormi, du coup j’ai cherché dans mes notes, dans mes images dans un tas de choses comme d’habitude, mais ces choses sont accessibles quand j’en éprouve le besoin et le lendemain suite à cette exploration j’ai peint un grand tableau à l’huile que j’ai appelé « entre 2 »

Dans ce tableau je crois que j’ai posé tout un tas de préoccupations de ces derniers jours, l’importance de la musique, le rapport entre le net et le flou, le passage d’une frontiere à l’autre et ce qui se passe dans l’entre 2… et encore bien d’autres choses, mais est ce important ? pas vraiment, ce qui compte c’est toujours le tableau avec ses mystères, ses ombres et ses lumières..

2 commentaires sur “Les sources d’inspiration en peinture

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :