Le point d’assemblage et le passage d’une réalité à une autre.

Cela t’es sans doute arrivé de te taper la tête contre les murs en comprenant que la réalité dans laquelle tu vis est ta propre invention.

Tu te dis peut-être à ce moment là que ce serait super d’avoir le pouvoir de changer de point de vue, d’inventer une nouvelle réalité.

A première vue bien des personnes pensent que cela est impossible.

D’habitude on change de vie suite à une tragédie ou un événement exceptionnel

La mort d’un conjoint, une faillite de la boite, et on se dit que c’est le moment de « passer à autre chose » « de tourner la page »

Plus rarement un héritage nous « tombe » dessus, on découvre une valise remplie de billets, une riche héritière jette son dévolu sur toi.

Mais c’est vraiment rare.

Il y a un tas de dictons populaires sur lesquelles s’appuyer pour te conforter dans l’idée qu’on ne peut pas changer sa propre réalité. Et on confond aussi souvent sa propre nature avec la réalité.

« Chassez le naturel, il revient au galop »

Tu voudrais bien changer mais cela implique un effort et un courage tel que la plupart du temps tu renonces.

Tu préfères rester dans le connu,

Dans un cercle de rituels connu.

 » Un bon tiens vaut mieux que deux tu l’auras »

Et si tu creuses un peu plus tu vas certainement tomber sur la peur de l’inconnu.

Tu voudrais bien changer mais pour devenir quoi ?

C’est pour cela que les salariés des entreprises se réunissent devant la machine à café pour râler.. ce mot qui fait penser à la fin de vie.

Ils ne sont pas contents de leur sort mais ils préfèrent râler ( donc se placer dans un état d’agonisant ) plutôt que d’affronter la peur du changement.

Ils rèvent de gagner au loto pour s’en sortir, ou alors d’un coup de chance extraordinaire.

La vérité est qu’ils passent leur vie ainsi coincés dans une réalité qui n’est rien d’autre qu’une prison.

Imagines que tu puisses passer d’une réalité à une autre en un claquement de doigts !

Que ferais tu de ce super pouvoir ? T’en servirais tu ? Pas si sure que ça n’est-ce pas !

« On sait ce qu’on perd, on ne sait pas ce qu’on retrouve »

Un claquement de doigts cela peut te paraître exagéré n’est-ce pas

Mais

Sais tu que ton intuition fonctionne bien plus vite qu’un simple claquement de doigts ?

Pourtant la plupart du temps tu laisses de coté tes intuitions car tu considères qu’elles appartiennent au domaine du rêve, de l’imagination. Tu n’oses pas les suivre parce qu’elle te paraissent si extraordinaires parfois que tu ne peux pas y croire.

Alors tu reviens à l’habitude, et tu continues à râler contre ceci ou cela, c’est en général plus confortable de retrouver ton amertume familière.

Un jour lorsque j’étais enfant j’étais en voiture avec mon père et il m’expliqua ce qu’il considérait être la vie d’un homme.

Il claqua son pouce contre son annulaire, cela fit un petit bruit rigolo, un clac que j’aurais bien aimé savoir imiter.

Puis il me dit  » la vie d’un homme ne dure pas plus longtemps que ce claquement de doigt ! »

Je crois que je suis resté bouche bée un bon moment après cela.

C’était assez violent comme type d’apprentissage.

Mais mon père faisait partie de cette race d’hommes qui avait connu la guerre, qui l’avait pratiquée lui-même.

dans son contexte à lui il savait de quoi il parlait.

Il avait vu son meilleur ami, mon parrain se faire tuer sous ses yeux en Algérie, et certainement avait-il vécu bien d’autres expériences du même type qui fondaient cette association entre la durée d’une vie et un simple claquement de doigt.

Je crois que j’ai accepté cette idée parce que c’était mon père et qu’il ne pouvait avoir tort, je n’étais qu’un enfant à cette époque.

A l’adolescence, j’ai souvent repensé à cette scène. Je crois que la notion de temps m’a depuis toujours plus ou moins obsédé.

Avoir le temps, ne pas l’avoir, il me semble avoir toujours plus ou moins buté sur cette notion et j’ai cherché un tas de combines pour lutter contre cette inexorable image d’un sablier en train de se vider.

J’ai donc réfléchi sur la notion de temps.

Les pierres, les arbres, les insectes, tout existe dans le temps. J’ai imaginé dans quel type de temps pouvait vivre une pierre, un rocher si tant est qu’il puisse y avoir un esprit capable de ressentir le passage du temps dans ceux-ci. Ce n’était pas grave puisque moi j’avais ce pouvoir d’imaginer un esprit capable de vire durant des millénaires à l’état minéral.

Il en a été de même avec les arbres, et aussi avec tous les insectes que j’ai rencontrés.

A chaque fois par ma seule imagination j’avais cette possibilité de focaliser mon attention sur cette notion de temps vécu par chacun des règnes et cela m’a apporté quelques pistes sur la notion de « relativité ».

Le temps est une notion relative non seulement pour chacun des règnes vivant sur cette planète, pour la planète elle même, mais aussi entre chaque membre d’un règne particulier.

Toi et moi n’avons que les horloges pour nous référer à une notion de temps commune n’est ce pas ?

Chacun de nous vit à sa propre vitesse sa vie.

Ce qui peut être supérieur à cette notion commune de temps je n’ai pas eu d’autre choix, après de nombreuses recherches que de décider que c’était l’intuition.

L’intuition si on y fait attention va certainement aussi vite que la lumière.

Même si Einstein dit qu’on ne peut pas dépasser la vitesse de la lumière c’est à dire 300 000 km/s

Mais Einstein imagine un objet possèdant une masse et cette limite est imposée par une nécessité énergétique.

Plus un objet se déplace rapidement plus sa masse augmente et donc plus sa propulsion sera gourmande en énergie.

Pourtant en 1958 le physicien russe Pavel Cerenkov va découvrir quelque chose d’immense qui va faire trembler les fondations de la relativité restreinte.

C’est ce qu’on appellera depuis  » l’effet Cerenkov ».

En résumé la vitesse de déplacement d’une particule ne peut pas dépasser la vitesse de la lumière dans un milieu donné. Si la particule ne peut pas dépasser les 300 000 km/s dans le vide, elle peut le faire dans d’autre type de milieu….

Des recherches ont été réalisées qui prouvent que si on place ses particules dans l’eau elles peuvent dépasser la vitesse de la lumière et le signal que les observateurs ont détecté à ce moment du passage est une belle lumière bleue.

Au cœur du réacteur nucléaire de recherche de l’Oak Ridge National Laboratory, les électrons se déplacent dans l’eau plus vite que la lumière et émettent une lumière bleue. © Genevieve Martin, ORNL, Flickr, CC by-nc-nd 2.0 

Pour en revenir à l’intuition, est ce un ensemble de particules ? peut on véritablement peser une pensée, une intuition ? Est ce seulement un phénomène chimique qui pourrait donc être quantifiable ? a l’heure actuelle en tous cas je n’en sais rien.

Cependant l’intuition et la pensée existent bel et bien n’est ce pas, tous comme les barreaux que nous créons nous mêmes à ce que nous appellons « la réalité ».

Comment faire alors pour que notre esprit tout entier soit immédiatement transporté d’une réalité à une autre ?

Une sorte de téléportation à la Star Trek pourquoi pas ?

Dans les jeux vidéos de plus en plus l’immersion devient incroyablement « réaliste » avec l’apparition de nouveaux périphériques comme des casques et des combinaisons spéciales il est déjà possible d’obtenir l’illusion la plus proche d’une réalité telle que nous l’entendons généralement.

cependant le « telle que nous l’entendons généralement » est important, dans le fond les jeux vidéos, le virtuel quelque soit l’univers fantastique dans lequel ils nous plongent n’ont comme référence que cette réalité là, la plus proche de celle que nous vivons.

Pour que ce soit véritablement magique il faudrait encore d’autres sensations que nous n’expérimentons jamais et qui restent encore certainement à découvrir.

Peut-être que l’art de ce nouveau millénaire se penchera justement sur la sensation inédite. Cet art pourrait bien avoir la fonction entre autres choses de nous faire passer « en un clin d’œil » d’une configuration particulière d’émotions, de sensations à une autre que nous ne connaissons pas.

La différence avec l’art que nous connaissons depuis toujours c’est que ses productions résonnent généralement avec ce que nous connaissons, ce que nous pouvons reconnaitre au fond de chacun d’entre nous.

Imagine un art qui te permettrait de ressentir ce que ressent une pierre, un arbre, un brin d’herbe sans que cela ne soit uniquement basé sur de l’anthropomorphisme ?

Il me semble que de tous temps les sorciers, les chamans savent parfaitement réaliser ce passage d’une réalité à une autre. Ils voyagent ainsi en déplaçant leur point d’assemblage d’avec notre réalité commune pour s’évader vers d’autres réalités existantes qui nous sont inconnues.

Leur seul bagage lorsqu’on les observe est constitué d’un instrument propice à créer des rythmes, des ondes sonores, du courage pour oser braver l’inconnu, et une bienveillance généralement envers l’univers dans son ensemble. Cette bienveillance cependant n’est pas non plus la bienveillance dont nous parlons généralement, la leur est une porte menant vers les étoiles, elle n’a pas d’autre but, d’autre raison d’être que d’accélérer les particules et d’atteindre parallèlement à tout ce qu’un physicien pourrait nommer une énergie infinie.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :