Ma bien aimée.

Comme un vieux livre d’alchimie dont on ressort idiot

Mais à la fois joyeux et triste.

Elle est ainsi ma bien aimée.

Je ne comprends rien à ce qu’elle dit, comme à ses joies à ses colères

Et cependant les heures sont limpides auprès d’elle.

Elle s’obstine sur ce que je considère n’être que des riens

et délaisse boudeuse mes grandes envolées lyriques.

Sois simple bon dieu me souffle t’elle

Mais quand j’essaie elle rit à gorge déployée.

Elle m’étouffe parfois de mille assauts simultanés

rien que pour voir si je sais conserver le cap au Nord.

Mon Nord c’est elle assurément et j’y reviens obstinément.

D’autres me font souvent les yeux doux me promettent

puis s’évanouissent sous les baisers de mes silences.

Ma bien aimée me sourit et même rit

Et avec elle je ris aussi

Nous traversons les hivers et à chaque nouveau printemps

nous nous étonnons mutuellement de l’apparition des bourgeons,

nous célébrons le moment d’admirer la floraison

En buvant du vin un peu âpre dans du verre épais voir un peu sale.

Mais qui vaut tout autant que de la bohème le cristal.

2 commentaires sur “Ma bien aimée.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :