Le phénoménal pouvoir de l’inertie.

Pour bien des gens l’interrupteur est réglé soit sur on soit sur off. La position de l’entre deux n’est même pas concevable. Ils agissent ou pas. Ils dorment ou pas. Ils mangent ou pas. Ils font un tas de choses ou pas.

Il ne font pas en même temps qu’ils font.

non.

sinon ils comprendraient que la plus grande force à l’oeuvre dans ce monde est l’inertie.

Cette force si méconnue qu’elle soit est souvent décriée à tort.

Elle se confond avec la procrastination, avec le rien faire ce qui est une mauvaise lecture de ce qu’elle est véritablement.

Car pour qu’il y ait inertie il est nécessaire d’avoir deux forces contraires et ce qu’on appelle l’équilibre exact entre ces deux forces est un moment, c’est l’inertie.

l’inertie est donc une recherche d’équilibre et rien d’autre.

L’inertie n’est pas non plus du je m’en foutisme.

Le je m’en foutisme donne quoi qu’on en dise l’avantage à une force plus qu’à une autre, cela peut être l’égoisme contre l’altruisme notamment, le je m’en foutisme c’est la direction que prend la force de l’égoisme.

comme l’atruisme est aussi une direction contraire à celle de l’égoïsme

il n’y a pas d’équilibre là dedans.

celle ou celui qui en soi maîtrise l’inertie se tient hors d’atteinte du monde

il est sur un ligne parallèle à celui ci

une dimension particulière

comme une gare par exemple

d’où il regarde passer les trains dans un sens puis dans l’autre parfois dans les deux sens en même temps sans ciller.

celui qui maîtrise l’inertie est comme le Bouddha.

rien de plus

rien de moins.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :