L’invention des guerres et l’origine du héros

Depuis que j’ai rencontré Rimbaud trafiquant de flingues,Gainsbarre exhibant puis regrettant Jane, et bon nombre d’écrivains américains notamment John Fante, Bukowski et Henri Miller que j’ai dévorés, j’ai arrêté de subir l’attraction des vertus héroïques.

Au contraire je me suis dirigé, comme aimanté, vers la figure du loser magistral dans laquelle je me serais fondu totalement si je n’avais bénéficié du peu de discernement que la fortune m’a confié, non sans l’avoir gagné de haute lutte.

Et aussi une volonté farouche de ne plus tomber que sur des infirmières.

Car à la fin, devenu loser par mimétisme, j’y découvrais l’exhumation de vieilleries idéologiques , à commencer par le rôle du martyr et toute la cargaison de poncifs judéo-chrétiens qui va avec.

J’ai décidé d’arrêter aussi.

Dur de trouver un autre modèle une fois ces deux là dégommés. Que peut il bien y avoir entre héros et loser ?

Au bout du compte il s’agissait d’un simple sevrage pour saisir que je n’avais plus rien à attendre, que rien de s’écoulerait plus des mamelles de la « culture du près à téter » dans laquelle nous ne cessons de nous vautrer juste parce qu’on veut bien être des cochons d’enfants gâtés plutôt que de vrais humains.

J’ai tenté encore un peu ma chance pour passer le temps avec le taoïsme, le bouddhisme, le cynisme, enfin bref, tout ce qui pouvait apporter un peu de recul et d’éclairage vis à vis de mes comportements douteux.

J’ai tenté de me priver d’ego

Puis de l’exacerber en devenant artiste.

Cependant le ver était dans la pomme une bonne fois pour toutes, je ne suis plus jamais parvenu à croire en quoique ce soit depuis que j’ai découvert que Zorro et Thierry Lafronde étaient issu des grecs et que Bukowski et Miller n’étaient qu’un pansement sur une jambe de bois, le résultat d’une mauvaise digestion nietzschéenne sur l’importance du ressentiment dans nos vies de prolétaires condamnés.

Depuis j’avoue que je végète mollement en profitant de la vie.

Imagine un peu alors comment j’ai pris cette nouvelle lorsque le président Macron , dont la figure de faux cul magistrale se présente devant moi dans MA télé un soir et m’apprend qu’il à déclaré la guerre au virus Covid 19.

Covid … David.. Goliath…. 19 ? comme stalag 17 était déja pris .. pourquoi pas un 19….?

C’est en mangeant ma dernière boite de cassoulet, au canard, mais il y a bien plus de saucisses et de saucisson que de canard vraiment, que j’ai donc appris cette nouvelle.

« Mes chers concitoyens je vais vous en raconter encore une bien bonne. »

Non pardon …ça c’était mon chouchou , c’était Desproges. Paix à ton âme !

Non Macron ça donne plutôt :

« Mes chers concitoyens NOUS SOMMES EN GUERRE ! »

Avec la mine de circonstance, mais comme c’est un acteur merdique je n’ai pas pu m’empêcher de pouffer avec des haricots plein la bouche, pas si simple.

Du coup j’ai tout de suite pensé à Bardamu et à Ferdinand évidemment, c’était encore reparti pour un tour, les conneries allaient aller bon train, ordres contre ordres, tous les melli mélo permis et les mensonges, et les assassinats puisque dans ce cadre là on ne discute plus vraiment, on aboie, on gueule on vocifère, on a complètement perdu la raison, on fait connaissance avec la bêtise humaine vraiment et toutes ses lâchetés et toute sa méchanceté crasse.

Macron invente une guerre comme à chaque fois qu’un politicien est acculé. C’est bien plus simple comme ça pas besoin d’explications supplémentaires.

Et avec la guerre et ce ton de componction insupportablement faux si tu as un peu l’oreille musicale , il nous demande d’être courageux limite d’être des héros déjà implicitement, c’est tout juste s’il ne nous enjoignait pas de repartir comme en 14 la fleur au fusil.

Son manque de talent d’orateur il ne le doit qu’à l’absolu mépris de la plèbe à laquelle il consent, concède à causer tout en soupirant lorsqu’il dévale à toute berzingue de son piédestal napoléonien.

Ce type fait d’énormes efforts c’est à prendre en compte comme sur un bulletin de notes

« Fait des efforts mais est con comme ses pieds chers parents bonne chance « 

Le pire c’est que des gens ont voté pour ça !

En marche : une deux , eins zwei….

Tout cela est du à quoi ? que nous soyons devenus si cons tous …. je ne sais pas

Après l’invention des héros et des losers la société comme Rahan a beau essayer de faire tourner son coutelas sur une pierre pour chercher une route, et inspirer ses participants à croire en quelque chose elle n’y parvient plus vraiment.

Elle peut encore tenter d’exacerber les memes vieux shémas ceux qui ont maintes fois fait leurs preuves elle ne federera plus qu’un pourcentage bien minime d’adhérents à toute cette fumisterie, cette tarte à la créme que réprésente la guerre et ses héros

Les gens ne veulent plus être héros ni losers, les gens n’en ont rien à foutre de tes exhortations de président incompétent.

Crois tu ? c’est ce que moi je croyais betement je m’étais dit :

« Les gens voudraient seulement que lorsque c’est marqué « cassoulet au canard » on en trouve dans la boite et qu’on ne se fasse plus berner avec des saucisses molles imbouffables. »

Et bien pas du tout.

Encore raté.

Tu évoques l’héroïsme et hop c’est pavlovien ça bave de tous les cotés. De tous cotés ça dégringole des héros à la pelle que tu te sentirais bête de ne pas toi aussi participer à l’effort de guerre.

Sacré Macron qui connait sa petite histoire des guerres et des héros …

Sinon toi ça va ? ce confinement se passe bien ? vivement que l’on trouve un ou deux actes héroïques à se mettre sous la dent pour se fabriquer de belles légendes à raconter à nos petits enfants plus tard.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :