La générosité de ceux qui ont de quoi.

Il y avait déjà une bonne semaine qu’il s’y était mis et le week end arrivait. Il se décida à sortir de leur étui les cordes neuves qu’il avait réservé pour l’occasion et les installa à la hâte sur l’instrument, une Epiphone Les Paul Custom . Puis il accorda la guitare à l’oreille en quelques minutes et enfin pensa qu’il était temps d’aller préparer du café, le petit n’allait pas tarder à se pointer.

Ils venaient de se rencontrer sur le parvis de Beaubourg un mois auparavant, une rencontre fortuite qui n’aurait en principe jamais dû se produire. Après tout il ne s’étaient qu’à peine connu des années auparavant dans ce lycée de province où il s’était hissé non sans peine jusqu’à la terminale.

Il ne se souvenait même pas avoir parlé au petit jusqu’à ce jour où celui ci lui avait tapé sur l’épaule à la fin du spectacle qu’il donnait sur le parvis. Sur le coup il s’était méfié, ce genre de rencontre était courant où les gens viennent vous taper sur l’épaule pour vous soulager d’un billet ou de quelques pièces à la fin.

Mais le petit avait vite ajouté « on se connait » après son bonjour, et après quelques secondes de flottement, il le remettait.

Tu étais en seconde je me souviens et tu traînais avec les Vals, les intellos du quartier Beau séjour c’est ça ?

Le petit avait accusé le coup sans broncher, puis il avait dit c’est du passé tout ça maintenant j’habite à Paris je suis en fac.

Instantanément il le considéra et valida le fait que le petit n’avait pas besoin de pognon, il apprit aussi qu’il était en fac de droit et que papa et maman subvenaient à tous ses caprices visiblement.

D’ailleurs il fut à la fois amusé et rassuré lorsqu’il l’entraîna vers le chinois de la rue Saint Merry en ajoutant « je t’invite ». Ce n’était pas tous les jours que les événements s’enchaînaient aussi bien, aussi fluidement.

A la fin de cet excellent repas ils s’étaient donnés rendez vous chez lui à la Bastille puisque le petit avait insisté et que lui Jimmy avait appris à faire confiance au hasard depuis un bon paquet de temps.

On frappa à la porte. Il se leva pour aller ouvrir et le petit se tenait effectivement devant lui avec son accordéon en bandoulière un diatonique de chez Castagnari, avait-il retenu.

Entre je viens juste de faire le café.

Le petit ne se fit pas prier et il s’engouffra directement dans l’unique pièce en slalomant avec précaution entre les piles de bouquins et de feuilles posées un peu partout dans celle ci puis il déballa son instrument.

La difficulté de s’accorder ensemble il la laissa au petit pour lui sa guitare était nickel il n’avait absolument aucune envie de modifier quoique ce soit dans l’agencement bien huilé des mécaniques de la les paul.

Mais le petit était doué, il connaissait le solfège comme tous les enfants sages et bien élevés et ils purent ainsi s’entraîner pour le répertoire prévu sans anicroche particulière.

L’après-midi passa ainsi rapidement puis le soir arrivait et il allait falloir s’y mettre dit Jimmy.

Il était temps car les ressources diminuaient dangereusement dans le frigo et le terme du loyer n’allait pas tarder non plus.

C’était la fin du mois de mai et ils passèrent par le boulevard Henri IV, l’ïle saint Louis au bout de laquelle ils firent un premier essai juste devant le square Grégoire III, à la hauteur de Notre Dame.

Jimmy se racla la gorge et commença a entonner la ballade des Places de Paris, c’était celle qui rapportait le plus en principe, fallait y aller mollo au départ puis apporter de plus en plus d’intensité sauf à la fin dans le dernier couplet qui faisait larmoyer les vieilles et les ménagères en vadrouille.

Il nota que le petit se débrouillait vraiment comme un chef pour récupérer l’oubli d’un accord en amplifiant tout à coup le son de son biniou ou au contraire l’atténuer presque à le faire disparaître quand il fallait exhiber le sentiment aux bons bourgeois qui traversaient le pont devant eux.

Quand ils achevèrent la chanson ils se dirent que la soirée commençait plutôt bien à voir les billets et les pièces qui s’amoncelaient au fond du chapeau.

Ils décidèrent de pousser un peu plus loin sur le boulevard Saint Michel, les grandes terrasses ça s’était plus dur averti Jimmy, les bagnoles qui passent, les gens qui s’agglutinent, les passants qui n’en ont rien à foutre que tu sois là pour gagner ta vie. Faut envoyer ajouta t’il.

Mais le petit avait encore plein de rêve dans l’oeil, il avait l’air de s’en foutre royalement. Jimmy se demandait s’il n’était pas un peu con dans le fond mais ce n’était pas ses oignons, ce qui comptait c’était l’accordéon et puis c’était à peu près tout.

Ce fut une soirée vraiment rentable, il avait la gorge totalement défoncée mais ce n’était rien par rapport aux quelques jours de répit que cette association leur avait rapporté.

A la fin le petit avait même refusé sa part et il avait dit non garde tout tu en as certainement plus besoin que moi. Il avait dit ça avec son air un peu benêt encore une fois, cette générosité des gens qui ont de quoi et qui ne se rendent pas compte que cela peut être blessant, méprisant.

Du coup Jimmy nota qu’il ne pouvait pas faire confiance à ce gonze là. Quand le petit lui proposa de se revoir la semaine suivante, il opina du chef mollement tout en sachant qu’il ne se reverraient plus jamais.

Et effectivement il ne revit plus jamais le petit.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :