La proie

La chatte vient d’attraper un oiseau. J’étais en train de me servir un café et je l’ai vue passer avec sa proie qu’elle tenait dans sa gueule. La position de son corps était étonnante, presque rasant le sol la queue entre les pattes elle a traversé la cour avec un hâte soudaine pour pénétrer dans l’atelier. Je l’ai encore aperçue ça et là cherchant un endroit visiblement pour déguster son méfait. Et puis elle a disparu.

J’ai bu mon café tranquillement, c’est une belle journée encore qui s’annonce dans laquelle nous devrons naviguer entre la cruauté naturelle et les amabilités de rigueur.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :