La peur de la folie

James Osthwood se concentrait depuis une bonne heure déjà. La tour qu’il avait commencée à l’aube s’élevait fièrement sur la table de la cuisine. Plus que quelques allumettes à coller-se disait-il- et il aurait l’impression, définitivement, d’avoir vraiment fait quelque chose de sa journée.

A 10 ans James avait le sentiment d’avoir réglé un grand nombre de difficultés dans lesquelles, il l’avait observé, la plupart des personnes qui étaient autour de lui adoraient perdre leur temps à se débattre.

La plupart du temps tout n’était-il pas lié à l’excès d’émotion et à l’imagination ? C’est ce qu’il avait découvert à la veille de son dernier anniversaire lorsque son oncle Harold lui avait offert en présent une cartouche entière de boites d’allumettes.

Harold était un type un peu fou, du moins au regard de la plupart des membres de la famille. C’est sans doute ce qui l’avait rendu intéressant aux yeux de James. Ce cadeau si étonnant soit-il déclencha évidemment un certain émoi, notamment chez la mère de James qui devint toute rouge de colère lorsque le papier d’emballage laissa enfin apparaître le cadeau d’Harold.

On aurait pu penser assez facilement qu’elle allait se jeter sur lui et le dépecer sans scrupule tant la rage la tenaillait.

Mais comme toute personne bien élevée elle se contenta d’un « quel drôle d’idée de cadeau » en faisant un léger sourire qui se termina en cul de poule ce qui fit lever les sourcils d’oncle Harold exagérément comme il en avait l’habitude juste avant de faire le pitre.

Mais James ne s’intéressa pas à la suite de la péripétie véritablement. Il avait découvert soudain la substance d’une puissante réflexion à creuser sur la nature de ce que la plupart des gens nomment la folie. Et sans doute l’achèvement de la tour d’allumettes qu’il venait tout juste d’achever désormais contenait il en partie la réponse.

La plupart des gens devenaient fous juste par peur de perdre leur temps c’était une évidence pour James, qui désormais avait pris la décision d’affronter cette peur de la folie et du temps à bras le corps.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :