La meilleure expérience utilisateur, cherchez le problème

Hier soir j’ai filé au lit de bonne heure. De temps en temps ça fait un bien fou de se mettre au pieu avec un bon truc à lire et comme je suis abonné à Kindle, et que je suis obsédé littéralement par le copywriting en ce moment j’ai sélectionné quelques e-books sur le sujet afin d’approfondir mes connaissances.

Je ne vais pas être vache mais tout de même le premier bouquin sur lequel j’ai pu cliquer sur le bouton « emprunter », avait toutes les apparences d’une arnaque magistrale. Je ne citerai pas le titre ni le nom de l’auteur, les amateurs le trouveront facilement en tête de gondole de la catégorie. En tous cas cela m’a fait réfléchir puissamment sur un certain nombre de choses dont j’ai envie de te parler ce matin.

Le gars démarre son bouquin par un slogan du genre  » Je n’écris plus aucun article sur le web si celui-ci n’est pas fait pour vendre quelque chose ». Vue le nombre de fautes d’orthographe et sa syntaxe, je comprends tout à fait qu’il puisse s’atteler à cet objectif plutôt qu’à l’obtention d’un quelconque prix littéraire.

Un peu plus bas il argumente et ma foi si l’on se place dans la peau d’un blogueur qui désire gagner sa vie tout cela n’est pas dénué d’intérêt. Et comme je suis assez d’accord avec Kafka lorsqu’il dit que chaque jour il faut écrire une phrase qui pointe sur soi une défaite personnelle vis à vis de ce monde, j’ai, je l’avoue, pu assister à ma propre défaite hier soir sous ma couette.

Je me suis demandé à quoi cela servait d’écrire et de publier sur ce blog la quantité industrielle d’articles qui ne répond à aucun problème et surtout ne propose aucune solution valable à tous les internautes qui viennent échouer sur celui-ci.

Toute la stratégie de Google explique ce gars ne tient qu’à une seule idée : La meilleure expérience utilisateur.

Au début quand tu lis ça tu te dis que c’est une putain de blague à la con, un truc américain qui colle à cette mentalité puritaine qui veut que nous soyons tous chrétiens et si possibles propres sur nous et charitables les uns envers les autres.

Et puis une fois cette idée de ridicule dépassée, quand tu te dis que Google est ce géant planétaire qui amasse des tonnes de fric tu te dis « voyons voir, soulevons un peu le tapis pour voir où se cache la merde ».

Il n’y a aucune poussière sous la carpette. Tout est marqué sur l’emballage, sauf que si tu n’as pas les bonnes lunettes pour lire les petits caractères, ben tu ne vois pas ce que signifie  » La meilleure expérience utilisateur« , son objectif véritable.

L’idée est simplissime et il n’y a guère qu’un coupeur de cheveux en quatre comme moi pour ne pas la regarder en face d’emblée.

Si on va sur Google, c’est pour chercher quelque chose. La plupart du temps une solution à un problème. Et évidemment le postulat de départ est que rien n’est gratuit dans cette vie, t’as un problème, tu veux une solution ? sors donc ta carte bleue.

Hormis cela il ne sert probablement à rien d’écrire sur un blog autre chose que des pages de vente déguisées en article avec un bouton d’appel à l’action à la fin de celui-ci.

La meilleure expérience utilisateur se résume donc en gros à une relation commerciale qui se déroule le plus confortablement pour les internautes, en toute confiance, facilement.

Pour cela les sbires robotisés étudient sans relâche la toile pour effectuer des classements selon des critères mystérieux auxquels nous n’avons pas accès évidemment justement pour ne pas « biaiser » cette meilleure expérience utilisateur.

Il y a cependant un certain nombre de règles sur lesquelles à peu près tout le monde s’entend:

Que le nom de domaine ait un lien avec le contenu du site ou du blog est le minimum.

Que la page se charge le plus rapidement possible, et que tout soit le plus clair possible dès le début ( parce que nous sommes tous fainéants et que si on doit scroller ( faire défiler) la page c’est pas la peine, un internaute se décide en 5 secondes pas plus pour savoir s’il continue ou pas sa navigation sur ton site.

Que le contenu soit pertinent avec les mots clefs inscrits dans le titre de l’article sur lequel tu es sensé tombé suite à ta requête.

Qu’il ne soit pas un obscur salmigondis issu de copié collé et de plagiats est un plus incontestable.

Que les boutons cliquables fonctionnent sans problème.

Tout cela pour attirer ce que l’on appelle du trafic, de l’audience, sur ton site, blog pour que tout le monde et surtout Google soit heureux.

Et du coup j’ai lu tout le livre entier malgré les fautes, les phrases bancales, les problèmes de ponctuation parce que ce n’était pas ces petites choses de rien du tout qui allait gêner ce que moi j’appelle ma meilleure expérience utilisateur c’est à dire trouver du grain à moudre continuellement pour rédiger de nouveaux articles pour le fun.

Et puis à la fin juste avant de m’endormir je me suis encore une fois demandé ce que valait cette fameuse générosité de livrer ainsi mes pensées, mes divagations de façon quotidienne à ma petite centaine d’abonnés. Je me suis endormi avant de tomber sur le pot aux roses je crois.

Ce matin par contre je peux revenir là dessus en toute quiétude, j’ai passé une nuit extra et me voici frais comme un gardon.

Si j’écris ces textes le plus souvent que je le peux c’est parce que je suis la réincarnation de Don Quichotte mélangée à celle de Sancho Pansa et de Cervantes. Même si les moulins à vent ont à peu près tous disparu je les invente pour sortir ma plume s’il le faut nom de Dieu !

Tout simplement parce qu’il faut résister pour le plaisir de résister surtout quand on veut absolument nous proposer la meilleur expérience utilisateur dans le meilleur des mondes.

Ensuite je suis sans doute encore très naïf ou totalement con à l’aune du système, peut-être ce que je prends ou exhibe à tout bout de champs comme de la gentillesse, de la générosité sont ils un poison encore plus corrosif pour la cervelle que la moindre page de vente. Peut être ne suis je qu’un putain d’hypocrite ? Va savoir

Quand la notion de confiance n’est plus désormais que fonction de la meilleure expérience utilisateur et de la meilleure probabilité qu’un internaute clic sur un bouton « achetez » cela en dit long sur la distance que j’ai pu mettre moi-même avec la notion de confiance collective.

Parce que Google dans le fond n’est que la solution fabriquée par un groupe de personnes altruistes évidemment ne se souciant que de répondre à ton problème et à te fournir autant de solutions possibles pour le résoudre non ?

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :