Le courage d’être soi

Ça ne passe pas par des hauts faits, pas de faits d’arme, pas de grands actes héroïques oh non. Le courage d’être soi passe avant tout par l’ombre et tout ce que l’on dissimule durant des années parce qu’on a une trouille bleue de se faire toper.

Et puis un jour on se pose la question si c’est si grave que ça de se faire toper. On est tellement éreinté désabusé de tout que l’on s’en fout totalement de se faire toper.

Le courage d’être soi c’est d’abord en premier lieu accepter ça et en finir avec la peur.

La regarder bien droit dans les yeux cette peur comme une jolie femme, sans ciller et être prêt à en mourir.

Le courage d’être soi c’est aussi mourir de nombreuses fois pour rire ou pour pleurer peu importe les raisons encore une fois.

Cette peur est toujours là quoiqu’on en dise ou pense c’est juste la façon de l’approcher qui peut se modifier suivant des paramètres apparemment absurdes comme la qualité d’une digestion, l’hygrométrie de l’air, la pureté de l’atmosphère et l’affinage de l’ouïe quant à toutes ces voix qui s’adressent à nous.

Le courage d’être soi c’est l’acceptation d’abord et avant tout de n’être rien, néant, nada.

Se familiariser comme on peut avec ça et en finir avec la turpitude du moi moi moi.

mais gentiment

sans se facher

« moi moi moi » est un enfant perdu dans la foret des illusions.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :