Axis mundi

La verticalité dans son épuisante obsession et ce depuis belle lurette s’accompagne en général d’une notion d’axe.

C’est pourquoi nous pensons la plupart du temps et suite à l’observation de la nature qu’axe et verticalité se confondent.

Pour avoir passé une bonne partie de ma vie allongé j’ai tout à fait le droit d’émettre certains doutes quand à cette affaire d’axe comme de verticalité.

La station debout a exclu l’homme de l’immanence et c’est une chose à laquelle on ne réfléchit pas beaucoup.

L’immanence est l’autre nom de l’Eden, du fameux paradis perdu , cet univers que nous pouvions appréhender facilement par la vision, le toucher, l’odorat, le gout et probablement encore bien d’autres facultés désormais perdues.

Toute séparation provoquant une nostalgie, celle ci dégageant une aura confortable de crotte nous nous y enfouissons désormais allongés sur des canapés tout en visionnant des émissions merdiques télévisuelles la plupart du temps.

Que les programmes de la télé ou du net soient débiles n’a absolument aucune importance et c’est même encore mieux puisque le but caché de ce fonctionnement de masse et un retour par le chemin Hertzien vers ce fameux paradis perdu.

Imaginez qu’on se mette à réfléchir à ce que l’on voit … chacun de nous ? quel chaos !

Notre instinct grégaire heureusement nous sauve et ce malgré les cloisons de nos individualité. Dans la médiocrité télévisuelle une communion est enfin possible et ce quelque soit notre coloration politique, sexuelle, raciale, économique. Nous nous tapons des daubes en chœur et cela confère à notre immobilisme horizontal une impression de lévitation 3.0 pour adopter un langage mode.

La médiocrité d’ailleurs est cette église nouvelle qui sert à contrecarrer l’essor insensé de l’individualisme depuis la Renaissance. C’est une formidable tentative de déboulonnage avant que le pire advienne.

Le pire qui serait que chacun se mette à réfléchir par lui-même ce qui flanquerait une pagaille magistrale dans les milliers de rouages graissés par la sueur des esclaves salariés que nous sommes devenus.

Situation inconcevable que des esprits clairvoyants ont certainement du apercevoir dans leurs boules cristallines.

Le jusqu’au boutisme de l’individualisme finirait pas flanquer tous les édifices par terre, et avec eux , les églises, les temples, les ministères , les tribunaux, comme les pissotières, les claques, et les repères de dealers.

C’est absolument impossible que nous puissions parvenir à cette extrême n’est ce pas, aussi peu à peu certains penseurs ésotériques se seront ils donné comme mission de modifier l’axe du corps humain au niveau de la masse… consommation de masse, culture de masse, pensée de masse.

tout ça pour nous allonger chez amis.

Sur des canapés douillets

devant la médiocrité

pour qu’elle devienne le seul miroir possible de notre condition.

Il ferait beau voir désormais qu’on entonne encore un debout les damnés de la terre

tout cela est bel et bien terminé, finit nada

Désormais tous en position du tireur couché nous sommes prets pour l’avenir

pour le grand retour

vers l’utérus d’où on nous fait croire qu’on se serait extrait un jour ….

Foutaise !

Pour les étoiles alors ?

Pas mieux

Pour nous enfourner dans le néant

dans l’annihilation totale de l’espèce

Toujours voir le pire sans crainte

d’avoir tort.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :