Le corps cet inconnu

Quand tout va bien on ne le remarque pas plus que ça, on dit « je me sens bien » mais il se pourrait qu’on ne sente pas grand chose, on est juste dans l’agréable sensation de n’avoir mal nulle part, ce qui une fois la cinquantaine passée est une rareté puis à la soixantaine une pudeur.

Comment imaginer qu’on ne se soucie pas ni de son organisation pas plus que de son fonctionnement ? Pourtant je ne m’en suis guère soucié c’est un fait, pas plus que d’un vêtement que l’on enfile puis une fois porté que l’on pose dans la panière à linge. Rien de moins.

C’est je crois un déni lié à la notion d’invincibilité et d’immortalité. Il me semble avoir toujours été porté par ces deux fantasmes majeurs du temps. On ne meurt que dissimulé dans un recoin désormais. Tout le monde ou à peu près s’en fiche, hormis la comédie des enterrements et des cérémonies dont la finalité est de se rassurer d’un lieu où désormais repose la dépouille pour qu’elle ne se balade pas n’importe où, n’importe comment.

D’ailleurs on ne meurt pas. On disparaît. On effectue sa transition, on s’éteint comme la flamme d’une chandelle… autant de métaphores poétiques d’où est rigoureusement tenu à l’écart le vers de terre et l’asticot.

L’absence est déjà assez difficile comme ça pas la peine d’en rajouter.

L’idée de dépouille, d’enveloppe nous incite à imaginer que nous ne serons pas que celles ci…qu’elles ne sont qu’un contenant et que « quelque chose » appelons cela l’esprit ou l’âme perdurera une fois le bocal réduit en poudre.

Bon.

Mais tout de même si nous sommes désincarnés d’origine quel toupet de ne pas prendre soin de la location.

Un peu comme ces touristes insouciants qui laissent leurs ordures sur l’herbe des lieux où ils se sont laissés happés par la beauté.

Toute la question du corps pourrait d’ailleurs se résumer à cet état d’esprit …. touriste ou voyageur ?

Mais pas pour paraitre

Pas pour séduire

Pour être impeccable seulement envers soi-même

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :