Solve et coagula

Dissoudre et recomposer est l’un des principes fondamentaux de l’alchimie.

Une pensée qui ne naîtrait pas de l’expérience sensuelle, matérielle serait une pensée vaine. Sans racine et sans relation avec le réel.

C’est la raison principale pour laquelle les alchimistes utilisent les métaux et le feu pour modifier la matière la libérer de sa gangue d’apparence, ouvrir ainsi la lumière de chaque minerai ce qui permet grâce à la transmutation de parvenir à la création d’une pierre philosophale prodiguant à la fois richesse et immortalité.

Cependant que richesse et immortalité ne sont pas vraiment des notions que le profane puisse comprendre sans être passé par le processus alchimique. Un mur sépare les alchimistes qui effectuent le labeur du monde ordinaire. Quelque chose d’ésotérique et qui pourrait se résumer par l’expérience sensorielle énoncée par la suite à l’aide de symboles. L’aspect oratoire du labeur, un laboratoire qui n’a rien à voir avec l’image d’un laboratoire médical.

L’illustration d’un athanor, d’un creuset qui repose un trois pieds représente généralement l’alchimie.

Le trépied est un symbole de stabilité. Là pythie de Delphes rendait déjà ses oracles assise sur un trépied empêchant ainsi que ceux ci puissent provoquer des doutes, être bancals.

Solve et coagula implique un résultat qui soit stable, que l’opérant ne puisse plus remettre en question… c’est une résolution qui surgit une fois que tout le doute aura été réduit en poudre.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :